Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Face aux associations anti-viande, des agriculteurs creusois se mobilisent pour la défense de l'élevage

mercredi 18 juillet 2018 à 20:39 Par Tommy Cattaneo, France Bleu Creuse

Ils sont à la traîne, mais ne veulent pas perdre la bataille de la communication. Des agriculteurs de la Creuse viennent de réactiver l'Adeeparc, une association de défense de l'élevage, pour selon eux soutenir les éleveurs attaqués de toutes parts par les associations anti-viande.

Jean-Philippe Viollet et Philippe Monteil sont les deux co-président de l'Adeeparc.
Jean-Philippe Viollet et Philippe Monteil sont les deux co-président de l'Adeeparc. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Guéret, France

Ils en ont marre qu'on fasse passer les agriculteurs pour des tortionnaires d'animaux. Des agriculteurs de la Creuse viennent de relancer l'Adeeparc, l'association de défense de l'élevage, de l'environnement et patrimoine agricole et rural creusois. Un nom bien long pour une mission toute simple : soutenir les agriculteurs dans leurs projets et redorer le blason des éleveurs dans le département

"A chaque fois qu'un agriculteur sera traîné dans la boue, nous serons là" - Jean-Philippe Viollet, co-président de l'Adeeparc.

Si cette association vieille de 20 ans a été réactivée, c'est parce que le monde agricole est de plus en plus sous pression des associations anti-viande, des défenseurs des animaux ou encore de l'environnement selon Jean-Philippe Viollet. "Nous, on dit Basta ! Désormais à chaque fois qu'un agriculteur sera traîné dans la boue, nous serons là", explique le co-président de l'Adeeparc. "Les éleveurs se font insulter sur les réseaux sociaux ou traiter d'assassins par des gens qui veulent parfois faire passer des idées extrémistes, et c'est cela que nous voulons combattre."

Mieux communiquer pour défendre le travail des éléveurs

La "bataille" passe donc par la communication, un domaine où le monde agricole a clairement du retard. "C'est vrai qu'on avait d'autres préoccupations", Philippe Monteil, éleveur et lui aussi co-président de l'Adeeparc. "On a pas su communiquer sur la manière dont on travaillait, et dans le même temps des associations anti-viande ou anti-élevage ont pris le relais pour faire passer un message qui est faux."A savoir, selon l'éleveur, que les agriculteurs ne se préoccupent pas du bien-être de leurs animaux. 

L'Adeeparc, qui regroupe une quinzaine d'organisations professionnelles agricoles, vise aussi à soutenir les projets des éleveurs. "A condition que le projet respecte l'environnement, le bien-être des animaux, mais aussi qu'il soit viable", ajoute Philippe Montiel. Il prend comme exemple le projet d'élevage de 15 000 poules pondeuses en plein air près de Felletin. "Ça peut semble beaucoup, mais il n'y a que comme ça que l'éleveur pourra rentrer dans ses frais." Mais le projet suscite aussi la polémique. Il a été plusieurs fois dénoncé par l'association creusoise anti-élevage L-PEA, qui avait d'ailleurs manifesté sur le marché de Felletin et à Moutier-Rozeille.