Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Salon de l'Agriculture 2020

FaireFrance rémunère ses producteurs de lait 45 centimes d'euro le litre, un prix qui se veut "équitable"

-
Par , France Bleu Mayenne

C'est une entreprise qui estime payer ses producteurs de lait au prix juste, 45 centimes d'euro le litre. FaireFrance a été créée il y a sept par des éleveurs.

Luc Merlet et Jean-Luc Pruvot sont producteurs laitiers pour FaireFrance.
Luc Merlet et Jean-Luc Pruvot sont producteurs laitiers pour FaireFrance. © Radio France - Charlotte Coutard

Les industriels, les professionnels de l'agro-alimentaire, ont aussi leurs stands au salon de l'agriculture à Paris, qui dure jusqu'à ce dimanche. C'est le cas de Danone, et pour la première fois de Lactalis, le géant laitier mayennais. À côté de ces mastodontes du lait, on trouve de plus petites entreprises comme FaireFrance, une SAS créée il y a sept ans par des éleveurs qui voulaient reprendre la main sur la commercialisation de leur lait. 

550 producteurs de toute la France

Aujourd'hui FaireFrance, c'est 550 producteurs de lait de toute la France, dont sept Mayennais. Sur chaque litre de lait vendu sous la marque FaireFrance, les éleveurs touchent 45 centimes d'euros, c'est presque 10 centimes d'euros de plus du litre que ce que gagnent d'autres éleveurs.

Le reportage France bleu Mayenne

Ce sont quelques centimes d'euros qui peuvent changer beaucoup de choses, "45 centimes c'est ce qu'on a calculé pour que l'éleveur vive bien, qu'il puisse payer toutes ses charges mais qu'il ait aussi un salaire", explique Jean-Luc Pruvot, éleveur bovin dans l'Aisne et président de FaireFrance. 

L'outil de production que l'on a devient rentable

Un salaire pas énorme, juste correct pour Luc Merlet. Il arrive à se dégager entre 1000 et 1500 euros par mois, 500 euros de plus qu'il y a 7 ans, il est éleveur à Querré dans le Maine-et-Loire à 20 kilomètres de Château-Gontier-sur-Mayenne. "Ce qui m'a plu, c'est que ce sont les agriculteurs qui ont repris en main la commercialisation de leurs propres produits. Les marges sont équilibrées pour tout le monde, le producteur, le transformateur et le distributeur. Tout le monde a sa marge équitable. Et l'outil de production que l'on a devient rentable", estime Luc Merlet.

Ce sont les éleveurs qui négocient eux mêmes avec la grande distribution, et cela fonctionne : 10 millions de litres de lait vendus en 2018, 12 millions l'année dernière, explique Jean-Luc Pruvot, "tous les consommateurs qu'on rencontre, ils sont prêts à mettre un petit peu plus, mais ils veulent être sûrs que ça va dans la poche de l'éleveur. En allant en animation, à la rencontre des consommateurs, ils ont l'éleveur en face d'eux qui dit moi je touche bien l'argent, et ils se disent j'ai aidé un éleveur".

À titre de comparaison, Lactel rémunère en moyenne ses producteurs 37 centimes d'euros le litre de lait, 8 centimes de moins que FaireFrance. Lactel qui a tout de même fait un petit effort en augmentant ses producteurs de 1,7 centime d'euro du litre de lait entre 2018 et 2019, plus 17 euros des 1000 litres. 

L'entreprise FaireFaire au salon de l'agriculture de Paris. - Radio France
L'entreprise FaireFaire au salon de l'agriculture de Paris. © Radio France - Charlotte Coutard
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu