Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Fête du foin de Montfavet : les producteurs se battent pour leur avenir

samedi 27 août 2016 à 10:20 Par Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse

Les producteurs de foin ont longtemps fait la renommée de Montfavet (Vaucluse), mais aujourd'hui, ce secteur de l'agriculture est en grande difficulté.

Christophe a repris les rênes de l'exploitation de son père Thomas Putto
Christophe a repris les rênes de l'exploitation de son père Thomas Putto © Radio France - Boris Loumagne

Montfavet, Avignon, France

La 30e fête du foin de Montfavet bat son plein en ce dernier week-end du mois d'août. Mais le reste de l'année n'est pas aussi festif pour la quinzaine de producteurs de foin de ce quartier d'Avignon.

Entre la baisse des prix et la diminution des surfaces cultivables, le nombre de ces artisans du foin diminue d'année en année. C'est l'analyse un brin désabusée de Serge Bénech, producteur de foin depuis 25 ans :

"Il y a 50 ans, il y avait plus de 300 producteurs de lait et donc autant de producteurs de foin. C'est d'ailleurs pour ça que l'on surnommait Montfavet "la petite Normandie". Aujourd'hui, c'est très difficile mais ça fait tout de même plaisir de voir des jeunes se lancer dans l'aventure."

Le jeune en question s'appelle Christophe Putto. À 30 ans, il a décidé de reprendre l'exploitation de foin familiale. Un virus qu'il a attrapé auprès de son père et qu'il souhaite à son tour "transmettre aux générations futures".

En attendant, il livre sa recette du foin idéal :

"Du trèfle, du regrat, de la luzerne sauvage et dans des prairies qui se resèment chaque année naturellement."

Un foin réputé pour ses qualités nutritives apportées notamment par les minéraux contenus dans l'eau de la Durance et un foin qui servira aussi bien à nourrir les chevaux de courses que les vaches à lait. Mais malgré le prestige de ce fourrage, il est encore difficile pour Christophe Putto de joindre les deux bouts...

Boris Loumagne a rencontré Christophe Putto, un jeune producteur de foin