Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Fêtes de fin d'année : dix jours d'intense travail pour un éleveur de truites à Prégilbert

-
Par , France Bleu Auxerre

En pleines fêtes de fin d'année, Guillaume Baudry, éleveur de truites bio à Prégilbert, dans l'Yonne, ne compte pas ses heures. Avec les vacances d'été, la semaine entre Noël et le Nouvel an représente pour lui et sa femme l'une des périodes les plus importantes de l'année.

Guillaume Baudry et Audrey se sont installés à Prégilbert il y a cinq ans avec la volonté d'élever des truites en bio.
Guillaume Baudry et Audrey se sont installés à Prégilbert il y a cinq ans avec la volonté d'élever des truites en bio. © Radio France - Lucas Archassal

Prégilbert, France

Depuis Noël et jusqu'en janvier 2020, Guillaume Baudry et Audrey sa femme traversent l'une des semaines les plus importantes de l'année. À Prégilbert, dans l'Yonne, le couple venant de Haute-Savoie élève depuis cinq ans des truites en pisciculture biologique. Les fêtes de fin d'année, « ce sont 10 jours où on a vraiment beaucoup de travail ». À l'instar des volaillers ou des producteurs de foies gras, Guillaume Baudry mise beaucoup sur la dernière semaine de l'année. 

Les truites de la ferme aquacole de Crisenon sont commercialisables entre 14 et 20 mois d'âge.

Des produits festifs pour Noël et le Nouvel an

Même si de l'aveu de Guillaume Baudry, les mois de juillet et août représentent beaucoup de travail, Noël « est une grosse semaine » durant laquelle il vend surtout de la truite fumée, « ce qui génère un surcroît de travail ». 

Dix jours intenses qui, naturellement, se préparent, pour composer les filets de truites. Ces derniers sont stockés et fumés par un prestataire, ce qui entraîne « toute une logistique et une préparation en amont pour pouvoir livrer nos clients le jour J ». « C'est surtout sur ce produit festif de la truite fumée que nous avons des clients » en fin d'année, reconnaît Guillaume Baudry.

Élever des truites bio, un choix réfléchi

À leur arrivée il y a cinq ans à Prégilbert, les bassins et l'eau de source existaient déjà. Mais l'ancienne ferme aquacole « était inexploitée depuis deux ans. Il a fallu remettre tout en état, trouver des clients, acheter du matériel. » 

Guillaume Baudry sortait d'une expérience en pisciculture conventionnelle. Les méthodes d'élevage intensif ne lui convenaient pas. « J'ai vu l'impact d'un élevage intensif sur l'environnement. Si vous produisez beaucoup de truites sur une petite surface, elles vont produire des déchets et se retrouveront dans le milieu naturel. »

Il a fallu six mois à Guillaume et Audrey pour nettoyer et désinfecter les bassins vides pour obtenir le label bio.

Une vingtaine de bassins de 20m3 sont nécessaires à l'élevage des 100 000 truites à la ferme aquacole de Crisenon à Prégilbert, dans l'Yonne. - Radio France
Une vingtaine de bassins de 20m3 sont nécessaires à l'élevage des 100 000 truites à la ferme aquacole de Crisenon à Prégilbert, dans l'Yonne. © Radio France - Lucas Archassal

La conversion en bio a donc été réalisée en six mois : « Les bassins étant vides, nous les avons nettoyés et désinfectés. Si nous n'avions pas eu la possibilité de vidanger les bassins, la conversion aurait duré deux ans. » À la ferme aquacole de Crisenon, Guillaume Baudry élève environ 100 000 truites par an, soit 50 tonnes. Cela équivaut à 8000 truites par bassin de 20 mètres cubes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu