Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Feux de récolte : la Marne en vigilance orange, les Ardennes sous surveillance

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

En pleine saison des moissons, les feux de récolte se multiplient ces dernières semaines en Champagne Ardenne. La Marne est placée en vigilance orange. Au début du mois, les agriculteurs, les services de l'Etat et les pompiers se sont coordonnés pour lutter plus efficacement contre ce phénomène.

Intervention des pompiers lors d'un feu de récolte à Semide, juillet 2020.
Intervention des pompiers lors d'un feu de récolte à Semide, juillet 2020. - SDIS08

Les moissonneuses et les tracteurs tournent à plein régime en ce moment. Avec les moissons vient aussi le risque d'incendie et ils sont nombreux ces derniers jours dans les champs.La Marne est placée en vigilance orange par la préfecture. Depuis mi-juin, au moins 939 sapeurs-pompiers marnais ont été mobilisés sur quelques 120 feux de récolte ou de végétation. Au moins 159 hectares de surfaces ont déjà brulé dans le département et près de 335 hectares ont été préservés.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Nous ne sommes pas au même niveau d'alerte que l'an dernier, où 702 interventions pour des feux de végétation, dont plus de 600 feux de récolte et 44 feux d'engins agricoles avaient été enregistrés sur la saison estivale dans la Marne. Ces feux avaient ravagé près de 4000 hectares de surface, dont 1500 hectares sinistrés en une seule journée, le 25 juillet 2019. 

Les Ardennes sous surveillance   

Dans les Ardennes, les feux de récoltes sont nombreux également. Ces derniers jours, une presse est partie en fumée à Fléville et a brulé 100m² dans un champ en andain. A La Neuville-en-Tourne-à-Fuy, une moissonneuse a été détruite par les flammes dans un autre champ, heureusement sans propagation. A Rubigny, environ deux hectares de blé sur pied et en andain ont pris feu. A Vivier-au-court, c'est un bâtiment agricole de 1100m² qui a été détruit. Les flammes se sont propagées à un deuxième bâtiment annexe, les deux contenaient du fourrage. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Entre le 1er juin et le 23 juillet, 533 sapeurs-pompiers ardennais ont été mobilisés sur 67 interventions pour des feux de végétation et 17 engins agricoles ont été endommagés par les flammes. Cela représente 280h d'intervention, où 150 hectares de surface ont brûlé et 312 hectares ont été préservés. La préfecture des Ardennes appelle à redoubler de vigilance.

Des incendies compliqués à appréhender

Les feux de récoltes ont des origines multiples mais souvent les départs de feu viennent d'étincelles provoquées par les machines quand elles rencontrent des pierres. Il y a aussi la poussière de céréales, en particulier les orges et les blés, facilement inflammable en contact avec les moteurs et les échappements bouillants des engins. 

"La difficulté c'est que ce sont des feux difficiles à localiser. La deuxième contrainte, c'est les délais de transit des secours. Nous avons des camions spécifiques qui mettent entre 10 et 20 minutes pour arriver sur les lieux. Une fois sur place, la situation évolue très vite en fonction du vent et donc ce sont des feux qui ont tendance à se propager très vite", explique Sébastien Collet, lieutenant pompier, adjoint au chef de centre de traitement de l'alerte du SDIS de la Marne.

Marne : vigilance orange et recommandations

Au début du mois de juillet dans la Marne, les agriculteurs via la FDSEA et les JA, la Chambre d'agriculture, la préfecture et les pompiers se sont rencontrés pour mettre en place une série de recommandations afin de lutter contre les feux de récolte. Trois niveaux de vigilance ont été établis, vert, orange et rouge

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les recommandations varient en fonction du niveau d'alerte. Actuellement, le département étant en vigilance orange, les agriculteurs marnais sont par exemple invités à disposer de moyens d'alerte, d'extincteurs à eau ou à poudre, à nettoyer régulièrement leurs engins ou encore à avoir des tonnes d'eau à proximité des chantiers et des déchaumeurs disponibles rapidement pour retourner la terre.  

Consultez les recommandations:

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

"En temps normal, on utilise les déchaumeurs après la récolte mais en cas d'urgence, vous passez dans la récolte. Vous broyez quatre mètres de récolte mais au moins, le feu s'arrête dessus", explique Romain Hannetel, agriculteur à Vraux près de Châlons-en-Champagne et membre de la FDSEA de la Marne. L'action des agriculteurs est une aide très précieuse pour les sapeurs-pompiers sur ce genre d'intervention. De plus en plus, ils s'organisent pour mutualiser les déchaumeurs, de façon à ce qu'il y en ait un à proximité lors des moissons.

Pour éviter que les feux de récolte se propagent sur des zones étendues ou à des habitations proches, les champs sont entretenus d'une certaine façon. "Un champ sur deux ou un champ sur trois est déchaumé donc il n'y a plus de danger de feux très importants. Par contre, en début de moisson quand tout est bien mur et bien sec, là il y a un vrai gros risque d'incendie", dit Romain Hannetel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess