Agriculture – Pêche

Fièvre catarrhale : les éleveurs du Poitou redoutent une vaccination

Par Marie-Coralie Fournier, France Bleu Poitou mardi 15 septembre 2015 à 6:00

Le marché au cadran des Hérolles a été annulé ce lundi à cause de la maladie
Le marché au cadran des Hérolles a été annulé ce lundi à cause de la maladie © Radio France

Une partie du Sud Vienne est situé en zone de surveillance, après la détection d'un foyer de fièvre catarrhale ovine dans l'Allier. Les éleveurs redoutent de revivre le bras de fer de 2008 - 2009, quand l'Etat a ordonné la vaccination des troupeaux.

La détection d'un foyer de fièvre catarrhale ovine dans l'Allier relance un vieux débat dans le Poitou : faut-il vacciner les animaux? 

La Vienne en zone de surveillance

Pour éviter la contamination, l'Etat a dessiné trois périmètres autour du nouveau foyer : une partie du Sud Vienne se trouve dans la zone de surveillance, un rayon de 150 km autour de l'élevage touché.  Des mesures sont donc mises en place pour les communes de Coulonges, Thollet, Liglet, Saint-Leomer, Bourg-Archambault, Brigueil-le-Chantre, Journet, La Trimouille et Lathus-Saint-Rémy.

Déplacements d’animaux interdits

Concrètement, les déplacement des animaux sont interdits en dehors de la zone délimitée et tout animal qui entre dans la zone ne peut plus en sortir.
Autre conséquence : la vente des animaux est suspendue ce lundi sur le marché au cadran des Hérolles, en attendant les instructions des autorités.

C'est important de suivre ces mesures car si ça se propage plus loin, ça pose de gros soucis (Denis Bergeron, président FNSEA 86)

La mesure que les éleveurs redoute dans le Poitou, c'est la vaccination obligatoire des bêtes. 

Mauvais souvenirs de la vaccination

Elle a été instaurée en 2008-2009, en pleine épidémie de fièvre catarrhale en France, avec 32.000 foyers recensés sur le territoire.

La vaccination était inopérante, elle a fait plus de dégâts que la maladie (Philippe Alamone, éleveur à Coulonges opposé à la vaccination)

A l'époque, certains éleveurs refusent de faire vacciner leurs animaux. L'affaire est portée en justice, où les procès se tiennent en 2011. Dans la Vienne, les juges relaxent les exploitants, estimant que la campagne de vaccination est illégale et infondée.