Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Foie gras : L214 dénonce "un des pires élevages" de la filière IGP Sud-Ouest

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu Gascogne, France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

L'association L214 révèle ce jeudi 20 août des images choquantes tournées chez un producteur de canetons du Sud-Ouest. Carcasses de canards baignant dans le lisier, animaux en cage ne voyant jamais le jour, au milieu d'asticots et de rats : L214 demande un audit général de la filière foie gras.

L214 diffuse des images tournées dans un établissement situé à Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques, entre St Palais et Navarrenx.
L214 diffuse des images tournées dans un établissement situé à Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques, entre St Palais et Navarrenx. - Image transmise par l'association L214

Les images transmises à la presse par L214 et rendues publiques ce jeudi donnent des hauts-le-cœur. Une mare de déjection arrive à mi-bottes du preneur d'images, des asticots grouillent dans un coin, les rats se promènent au milieu des carcasses qui flottent dans le lisier. Et les canards en cage peuvent tout juste bouger. L'association de défense de la cause animale s'est fait une spécialité de dénoncer les filières d'élevage. Elle s'est rendue cette fois aux "Couvoirs du Saison", un établissement situé à Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques, entre St Palais et Navarrenx.

Le couvoir est le premier maillon de la chaîne de production du foie gras. D'un côté, on y élève des canards mâles, en l’occurrence des canards de Barbarie, pour leur sperme. De l'autre, des canes qu'on insémine avec ce sperme. Elles produisent des œufs qui donnent des canetons "mulards" (stériles), qu'on envoie dans les élevages pour produire le foie gras. 

Un des pires élevages

Le co-fondateur de l'association L214, Sébastien Arsac, affirme que "c'est un des pires élevages qu'on ait pu voir en 15 ans d'enquête. Notamment pour _les canards mâles, élevés dans des cages qui s'écroulent dans un bâtiment sans fenêtres, sans jamais avoir accès à l'extérieur_. Vous avez autant de canards morts que de canards vivants, il y a des canards en état de décomposition plus ou moins avancé. Énormément d'asticots, des rats qui prolifèrent, et entre 15 et 20 centimètres de lisier au sol dans tout l'élevage. Les excréments ne sont pas évacués, ils débordent des bâtiments", détaille aussi le porte-parole. "Des déjections qui vont probablement polluer les nappes phréatiques et le cours d'eau qui passe à proximité, le Saison, qui a donné son nom au couvoir à l'élevage"

L'association L214 demande ce jeudi la fermeture immédiate du site mais aussi un audit général de la filière foie gras (lire le communiqué). C'est ce qu'elle avait obtenu après la diffusion de vidéos sur les conditions dans lesquelles on traitait les animaux dans divers abattoirs. 

Sébastien Arsac (L214): "C'est un des pires élevages qu'on ait pu voir en 15 ans d'enquêtes"

Silence des mis en cause, réaction du ministère de l'Agriculture

Nous avons joint le propriétaire des Couvoirs du Saison dont le siège social est situé dans les Landes. Il a demandé le temps de la réflexion avant de nous répondre. Selon l'association L214, il posséderait d'autres bâtiments dans les Landes et aussi dans les Hautes-Pyrénées, ce qu'il n'a pas voulu confirmer.  Nous avons aussi contacté la préfecture des Pyrénées-Atlantiques qui n'a pas donné suite, à cette heure, à nos demandes d'interviews. 

Le ministère de l'Agriculture a demandé au préfet une "mise en demeure" de l'élevage, pouvant aller "jusqu'à une suspension d'activité". Une procédure judiciaire est ouverte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess