Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Forte baisse de la récolte de miel cette année en Berry

lundi 25 septembre 2017 à 5:00 Par Adèle Bossard, France Bleu Berry

La récolte du miel touche à sa fin en Berry, et la saison s'annonce encore compliquée pour les apiculteurs. La faute au nombre d'abeilles, qui baisse chaque année, mais aussi à la météo, avec un été trop sec.

À Montierchaume, Julien Martin s'attend a une récolte divisée par deux sur son miel d'été par rapport à l'année dernière.
À Montierchaume, Julien Martin s'attend a une récolte divisée par deux sur son miel d'été par rapport à l'année dernière. © Radio France - Adèle Bossard

Les apiculteurs berrichons prévoient une récolte 2017 encore pire que celle de l'an dernier. Si la première récolte, celle du printemps, a été plutôt bonne, celle d'été est "catastrophique" pour Julien Martin. Il est apiculteur à Montierchaume, il a repris l'entreprise familiale "La Ruche" en mars 2016 : "Le miel que je vends le plus, j'en ai moitié moins que l'an dernier. Ça va poser problème à un moment donné parce que l'an dernier, j'avais déjà tout juste ce qu'il fallait pour tenir la saison". Pourtant, depuis son installation, il est passé de 300 à 500 ruches. Il organise aussi une transhumance de ses ruches dans toute la France. Mais la météo anéantit ses efforts : "À partir des grosses chaleurs en juillet, on a très nettement réduit les quantités de miel, jusqu'à ce qu'il repleuve", résume-t-il.

Ces ruches, installées à Montierchaume, ont très peu produit cet été, la faute au temps très sec. - Radio France
Ces ruches, installées à Montierchaume, ont très peu produit cet été, la faute au temps très sec. © Radio France - Adèle Bossard

"On a l'impression que le miel va devenir un produit de luxe" - Caroline Gauthier, apicultrice bio à Saint-Gilles

Le constat est le même chez Caroline Gauthier, apicultrice bio à Saint-Gilles, sans le sud de l'Indre. Elle est contrainte de diversifier sa production : "Comme il n'y avait pas de miel, on a produit des essaims d'abeilles qu'on vendra au printemps prochain. Mais comme on les vendra plus tard que le miel, ça implique un écart de trésorerie".

Elle aussi estime que sa récolte va baisser de moitié : "Les conditions météo exacerbent une situation compliquée et pas favorable au départ. À la fois les pollutions chroniques qui affectent les abeilles, les manques de ressources de fleurs et puis c'est vrai que depuis deux ans, la météo ne nous aide pas. On a l'impression que le miel va devenir un produit de luxe !" Si bien qu'elle prévoit d'augmenter légèrement le prix de son miel au kilo : 0,50€ de plus environ.