Agriculture – Pêche

VIDÉO - A Fourmies, on coupe 10 000 sapins ch'tis pour Noël

Par Rafaela Biry-Vicente, France Bleu Nord vendredi 2 décembre 2016 à 7:00

L'équipe Gabiot dans la parcelle de Fourmies
L'équipe Gabiot dans la parcelle de Fourmies © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Dernière semaine de coupe pour l'entreprise Gabiot de Louvroil qui vend tous les ans 10 000 sapins aux collectivités mais aussi aux particuliers. Des Nordmanns, Epicéas ou Fraseris qui sont chouchoutés toute l'année sur une parcelle de Fourmies.

Armé de sa débroussailleuse Nicolas coupe des Nordmann d'1m20 sélectionnés par son patron, avec 5 autres collègues ils s'occupent tous les jours d'une centaine de sapins par homme sur la parcelle de 27 000 arbres plantés à Fourmies. Il faut évidemment les couper, mais ils sont ensuite directement emmenés dans la machine qui va les mettre en filet puis transportés dans le magasin de Louvroil ou directement chez les clients.

Cette année, les sapins Gabiot ont souffert d'une météo capricieuse, beaucoup d'humidité au printemps, trop de chaud pendant la petite canicule de cet été, puis une arrière saison trop douce, résultat beaucoup d'araignées dans les arbres, et sur certaines parcelles 50% des plants détruits. Mais pas de panique pour ceux qui ont résisté, on pourra chanter Mon Beau Sapin à Noel, car toute l'année ils ont été chouchoutés, désherbage et taille au printemps, car certains épineux sont un peu biscornus avec parfois même carrément 2 têtes "on leur fait une chirurgie esthétique à notre façon avec un sécateur, et avec un sabre pour le Norman" explique Frédéric Gabiot, le patron. Et puis il faut de nouveau débroussailler en juillet pour que les pieds soient propres à la récolte en novembre.

le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Des sapins de 80 cm à 15 mètres

Sur la parcelle, le patron laisse pousser ses épineux de 80 cm à 15 mètres selon les envies de chacun, et il en cultive aussi 10% en pots ça résiste mieux évidemment dans la maison quand on l'arrose et après certains les replantent souvent pour symboliser la naissance d'un bébé.

Les ventes se portent plutôt bien cette année, même si les collectivités sont de moins en moins gourmandes dans leurs commandes, "il y en a moins, et ils sont plus petits, d'habitude c'est du 9 mètres et là ça va être plutôt 5 mètres" regrette Frédéric.

Partager sur :