Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

François de Rugy confirme la réintroduction d'ourses dans les Pyrénées béarnaises

En visite à Pau, ce jeudi, le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé aux élus que des ourses seront bien réintroduites dès cet automne en Béarn.

François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques
François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, vient d'officialiser la réintroduction d'ourses dans les Pyrénées occidentales. Le successeur de Nicolas Hulot, en déplacement à Pau, ce jeudi a affirmé devant les élus locaux, les parlementaires et les éleveurs présents, dès le début de leur réunion, que des ourses seront bien bien réintroduites en Béarn. 

Hulot avait déjà pris la décision fin mars

Nicolas Hulot avait annoncé en mars la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées-Atlantiques à l’automne. Mais depuis sa démission, le 28 août, le doute planait sur le maintien de cette réintroduction. L'ex-ministre avait pesé de tout son poids en faveur de l'introduction de deux femelles slovènes. Les opposants comme les partisans de l'ours étaient dans l'expectative en attendant la prise de parole de François de Rugy sur ce dossier. Le nouveau ministre a donc décidé de réserver l'un de ses premiers déplacements à ce dossier sensible pour confirmer la décision de son prédécesseur. 

Ce jeudi, les anti-ours se sont donnés rendez-vous chez Olivier Maurin, éleveur de brebis à Asasp-Arros et représentant d'un collectif de 400 éleveurs de Béarn et Soule contre l'ours. Il ne décolère pas : "C'est trop pour nous. On n'ira pas à la préfecture pour manifester, on n'a pas envie d'un affrontement avec les gendarmes. À partir d'aujourd'hui, on fera tout ce qu'on peut et tout ce qu'on doit faire pour se protéger et se défendre si on ne veut pas mourir demain".

Malgré les contrôles et les barrages de gendarmerie, les éleveurs ont tout de même sorti symboliquement les fusils pour leur manifestation - Radio France
Malgré les contrôles et les barrages de gendarmerie, les éleveurs ont tout de même sorti symboliquement les fusils pour leur manifestation © Radio France - Axelle Labbé

À LIRE Réintroduction de l’ours dans les Pyrénées : pourquoi ça coince

Choix de la station

France Bleu