Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Froid historique dans l'Orléanais : les producteurs de cerises craignent de grosses pertes

-
Par , France Bleu Orléans

Record de froid dans la nuit de lundi à mardi dans l'Orléanais, et rebelote la nuit prochaine : ce violent coup de gel inquiète particulièrement les producteurs de cerises dans le Loiret, qui craignent des pertes de récolte d'au moins 50%.

"On saura l'ampleur des dégâts dans quelques jours, mais j'ai peu d'espoir" - Jean-Noël Gidoin
"On saura l'ampleur des dégâts dans quelques jours, mais j'ai peu d'espoir" - Jean-Noël Gidoin © Radio France - Benjamin Glaise

On a battu des records de froid dans la nuit de lundi à mardi dans l'Orléanais : - 5,4° à Orléans même, et la nuit prochaine devrait être aussi froide. De quoi inquiéter les arboriculteurs, et notamment les producteurs de cerise, tous mobilisés pour lutter contre le gel, pendant toute la nuit. Entretien avec Jean-Noël Gidoin, le président de l'association des producteurs de cerises du Loiret, arboriculteur à St Hilaire-St Mesmin.

Cet épisode de gel intervient-il au pire moment de la saison ?

Tout épisode de froid est préjudiciable en avril, car on est en plein dans la floraison pour les cerisiers, qui sont alors très vulnérables. Et là, on était dans un état d'avancement tout à fait normal, donc on craint le pire car 2 nuits de suite à des températures aussi basses, et pendant aussi longtemps, cela ne peut que faire des dégâts, qui risquent d'être irréversibles.

On peut parler d'un gel particulièrement intense ?

Oui, parce que cela a duré quasiment de minuit jusqu'au lever du soleil, à 7h voire 8h du matin ! C'est ce qu'on appelle des gelées noires - par opposition aux gelées blanches - cela veut dire que les températures étaient les mêmes au niveau du sol qu'à 3 mètres de hauteur, avec la même vigueur qu'une gelée hivernale. Dans de telles conditions, le combat pour sauver les cerises est assez costaud...

Justement, qu'avez-vous tenté de faire ?

Les vergers sont partiellement sous bâche, on a mis des bougies en-dessous pour tenter de conserver la chaleur, on a ainsi tourné sur l'exploitation toute la nuit pour veiller à ce que les bougies ne s'éteignent pas. Avec des gelées blanches, cela fonctionne très bien, cela fait un effet cage qui permet de garder la chaleur, mais là, à -6 degrés, je suis beaucoup plus pessimiste.

Selon vous, quelle sera l'ampleur des dégâts ?

C'est trop tôt pour le dire. Si le gel a été complet, cela peut tout détruire : c'est ce qu'il s'était passé en 1991, on n'avait pas récolté une cerise - mais à cette époque, on ne protégeait par les arbres comme on le fait actuellement. On verra, mais, franchement j'ai peu d'espoir. On aura des pertes de récolte d'au moins 50%, cela, c'est certain. Surtout si on a cela avec la même intensité 2 nuits de suite, comme l'annonce Météo France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess