Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Gel dans l'Hérault : quelles aides pour les agriculteurs?

-
Par , France Bleu Hérault

Ce mardi 13 avril 2021, le Préfet de l'Hérault s'est rendu sur le Mas de Carthagène, un verger de pommiers implanté à Marsillargues, durement touché par la gelée noire. Élus et représentants ont discuté des aides qui pourraient être apportées aux agriculteurs suite à cette catastrophe.

Jérôme Despey, président de la Chambre d'agriculture de l'Hérault, Jacques Witkowski, Préfet de l'Hérault, Christophe et Fabian Weiss, propriétaires du Mas de Carthagène.
Jérôme Despey, président de la Chambre d'agriculture de l'Hérault, Jacques Witkowski, Préfet de l'Hérault, Christophe et Fabian Weiss, propriétaires du Mas de Carthagène. © Radio France - Clara GUICHON

Le verger du Mas de Carthagène n'a pas échappé à la gelée noire, qui a touché de nombreux agriculteurs de la France et de l'Hérault, dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 avril 2021. Plus de 80% des fleurs et des fruits ont été brûlés.

Ce mardi 13 avril 2021, le Préfet de l'Hérault, des élus et des représentants du monde agricole se sont retrouvés sur l'exploitation pour constater les dégâts et échanger sur les aides financières qui pourraient être mises en place pour soutenir les professionnels.

Des arbres fruitiers ravagés par le gel

Quand il a découvert l'ampleur des dégâts, Christophe Weiss, propriétaire de l'exploitation depuis 1998, a d'abord été choqué puis inquiet. D'habitude, il produit en moyenne 1.800 tonnes de pommes par an

Cette année, il s'attend évidemment à une quantité bien faible. Et il ne compte pas beaucoup sur les quelques pommes survivantes. "Elles seront sûrement abîmées par le gel, explique l'arboriculteur. On ne pourra peut-être même pas les vendre en magasin..."

"Si l'État ne nous aide pas, je pense que je vais déposer le bilan." - Christophe Weiss, propriétaire du Mas de Carthagène

Il envisage de ne pas engager de saisonniers cette année voire de mettre ses deux collègues permanents au chômage partiel. "Je vais tout faire pour économiser le moindre euro", lâche-t-il. Difficile de chiffrer la somme d'argent qui va lui faire défaut, mais elle se compte en centaine de milliers d'euros.

L'État a promis de soutenir les agriculteurs avec l'activation du fonds de calamité agricole (pour ceux qui peuvent souscrire à une assurance, comme les arboriculteurs) et des "aides exceptionnelles". 

Ce lundi, le président de la Chambre d'agriculture de l'Hérault a participé à une réunion gouvernementale dans laquelle il a porté plusieurs revendications. "On a demandé que le fonds de calamité agricole soit davantage abondé, une année blanche pour les cotisations sociales et pour les charges bancaires ainsi qu'un financement du chômage technique, explique Jérôme Despey. Au-delà des messages de compassion, les agriculteurs ont besoin de mesures concrètes!"

"C'est une catastrophe. Si on était au XVIIe siècle, on serait en période de disette." - Jacques Witkowski, préfet de l'Hérault

À l'échelle du département, les collectivités locales tentent de s'organiser. Deux fonds de soutien sont en projet. L'un serait abondé par les agglomérations et les communautés de communes. La Métropole de Montpellier a déjà fait savoir qu'elle participerait.

Le deuxième serait financé par les communes. "Une quinzaine de communes m'ont déjà contacté, mais je suis certain que la majorité d'entre eux y participera", indique Frédéric Roig, président de l'association des maires de l'Hérault. Le Préfet de l'Hérault doit encore donner son aval.

Une assurance contre les aléas climatiques?

Mais cette gelée noire n'est pas la première catastrophe ni sûrement la dernière que nous affronterons. "On a connu des épisodes de gel, de grêle, de sécheresse, de canicule, rappelle Jérôme Despey, président de la Chambre d'agriculture de l'Hérault. Et ça recommencera. On ne peut pas rester les bras croisés, à se dire qu'on n'a pas de quoi indemniser correctement les agriculteurs!"

Jérôme Despey souhaite mettre en place une assurance, à laquelle participeraient tous les agriculteurs et l'Etat, pour couvrir tous les professionnels quand d'autres catastrophes de ce type arriveront. "On a besoin d'une assurance pour pouvoir dormir plus tranquillement", acquiesce Christophe Weiss, le propriétaire du Mas de Carthagène. Proposition entendue par la cinquantaine de personnes présentes ce mardi matin, notamment le Préfet de l'Hérault. Une idée sur laquelle travaille Frédéric Descrozaille, député du Val-de-Marne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess