Agriculture – Pêche

Gironde : après 40 ans à cultiver les "légumes oubliés", Bernard Lafon prend sa retraite

Par Damien Gozioso, France Bleu Gironde jeudi 1 décembre 2016 à 4:10

C'est au chateau de Belloc, propriété familiale depuis deux générations, que Bernard Lafon a relancé les "légumes oubliés"
C'est au chateau de Belloc, propriété familiale depuis deux générations, que Bernard Lafon a relancé les "légumes oubliés" © Radio France - Damien Gozioso

Bernard Lafon a relancé dans les années 70 la culture des "légumes oubliés" à Sadirac, sur la propriété familiale. Une carrière qui l'a mené jusqu'aux cuisines du château de Versailles, qu'il regarde aujourd'hui avec nostalgie et fierté.

Bernard Lafon, son nom ne vous dit peut être rien mais grâce à ce Girondin installé entre Latresne et Sadirac vous avez sans doute découvert certains légumes anciens : potimarons, nèfles et autres "gratte-cul". Il y a 40 ans, il se lance dans la culture de légumes dits "oubliés", et depuis s'efforce de les popularise. Aujourd'hui, 1er décembre, c'est l'heure pour lui de tourner la page, non sans émotion mais heureux du travail qu'il a accompli.

Des légumes de notre patrimoine

Le travail et surtout le plaisir de Bernard Lafon, cela a été de faire découvrir ces légumes anciens et même parfois oubliés. Mission accomplie avec, Christophe qui repart une dernière fois de chez Bernard les bras chargés : "J'ai surtout acheté des confitures, de nèfles, de gratte-cul. Que des choses qu'on ne trouve pas ailleurs". Ces produits et bien d'autres, Bernard Lafon les a amenés de sa propriété de Sadirac jusqu'aux cuisines du Château de Versailles avec qui il collabore, il a notamment proposé des recettes pour les accommoder. "Louis XIV en son temps était amateur de ces légumes", raconte Bernard l'oeil pétillant.

Ces légumes font partie de notre patrimoine comme les vieilles pierres, les vieux chemins et les vieilles églises. La France est un pays de confluence, de rencontre, et les légumes sont dans cette logique là. On a recueilli, on a cultivé et on a cuisiné les légumes du monde entier qu'on a appris à connaître, c'est vraiment nos racines. – Bernard Lafon

Au moment de passer la main, beaucoup de souvenirs se bousculent dans la tête de Bernard Lafon : "Plein de moments superbes vécus avec les amis qui y ont cru et ceux qui nous ont rejoint pour participer à cette belle aventure des légumes oubliés". La production de ces légumes oubliés à Sadirac s'arrête avec lui, mais le repreneur va conserver la propriété familiale de Bernard telle quelle, une satisfaction : "Cela a été un peu compliqué, cela a pris du temps, car il fallait quelqu'un qui respecte nos valeurs, qui soit dans une logique de transmission".

Bernard Lafon va continuer pour lui et ses amis à cultiver un petit potager, "car la passion elle ne prend pas de retraite" rigole-t-il.

Le potager de Bernard Lafon recèle de curiosités. - Radio France
Le potager de Bernard Lafon recèle de curiosités. © Radio France - Damien Gozioso

Partager sur :