Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche DOSSIER : Salon de l'Agriculture 2018

Gironde : un Salon de l'agriculture bénéfique pour Entomo Farm, à Libourne

dimanche 4 mars 2018 à 5:37 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Le Salon de l'agriculture se referme ce dimanche soir à Paris. La start-up de Libourne, qui transforme et distribue des matières premières issues de l'insecte, y participait pour la première fois, et tire un bilan très positif.

Les insectes sont transformés par Entomo Farm en farine, en huile et en engrais
Les insectes sont transformés par Entomo Farm en farine, en huile et en engrais - Entomo Farm

Libourne, France

C'est le dernier jour ce dimanche du Salon International de l'Agriculture, à Paris, et le rendez-vous a été fructueux pour la société Entomo Farm, qui participait pour la première fois au grand rendez-vous de la Porte de Versailles, aux côtés d'autres entreprises innovantes du monde agricole.

Cette start-up, née il y a quatre ans à Blanquefort, a déménagé en mai 2017 à Libourne, où elle emploie aujourd'hui 25 personnes. Elle s'est lancée sur un marché très novateur : la production d'engrais, de farine et d'huile à base d'insectes. Et si la société a investi dans un stand au salon, c'est pour nouer des contacts avec des agriculteurs à la recherche de revenus complémentaires, qui voudraient se lancer dans l'élevage de ces vers de farine. 

Tout au long de ces huit jours, nous avons pris contact avec près d'une centaine d'agriculteurs et de coopératives de toute la France, principalement des éleveurs laitiers ou de volailles. Ces chefs d'entreprise ont envie de participer à cette innovation, et ils se sont montrés très intéressés. — Grégory Louis, co-fondateur d'Entomo Farm 

Les deux co-fondateurs, Grégory Louis et Clément Soulier, sur le stand d'Entomo Farm a u Salon de l'Agriculture, à Paris  - Radio France
Les deux co-fondateurs, Grégory Louis et Clément Soulier, sur le stand d'Entomo Farm a u Salon de l'Agriculture, à Paris © Radio France - Pierre-Marie Gros

L'idée est de fournir à ses agriculteurs des bacs de ténébrions, autrement dit de vers de farine, qu'ils élèveront pendant deux mois. Puis la société les récupère, et transforme elle-même ces insectes en engrais naturels, ou en farine ou en huile pour l'aquaculture ou l'alimentation animale. 

Les ténébrions, les vers de farine transformés en matières premières  - Aucun(e)
Les ténébrions, les vers de farine transformés en matières premières - Entomo Farm

C'est une source de revenus stable. Un agriculteur qui s'engage avec nous sait combien il va gagner chaque année, puisque nous signons des contrats de cinq ans. 

Un premier contrat vient d'être passé avec une agricultrice du Gers, et la société espère en signer rapidement beaucoup d'autres pour faire face à une demande grandissante. 

Il y a de plus en plus de débouchés , lorsqu'on sait que les farines servent d'ingrédients pour les croquettes animales, les huiles pour améliorer l'appétence de ces croquettes, et les engrais, 100% naturels, sont promis à un bel avenir. 

"On recherche des entomo-farmers dans toute la France" Grégory Louis, co-fondateur d'Entomo Farm

La farine extraite des vers de farine  - Aucun(e)
La farine extraite des vers de farine - Entomo Farm

Les ambitions d'Entomo Farm ne s'arrêtent pas là, la société veut structurer toute la filière : en plus de Libourne, où elle a pour objectif de produire 50 tonnes de farines cette année, elle veut développer quatre autres sites en France pour alimenter au moins une centaine d'agriculteurs-partenaires.