Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Glyphosate autorisé cinq ans de plus : les agriculteurs de Côte-d'Or réagissent

mardi 28 novembre 2017 à 15:31 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Le glyphosate est autorisé cinq années de plus dans l'Union européenne. Dix huit états membres ont voté pour dont l'Allemagne. Neuf autres, dont la France ont voté contre. Le gouvernement compte l'interdire d'ici trois ans. Qu'en pensent les agriculteurs de Côte-d'Or ?

Manifestation contre la ré-autorisation du glyphosate
Manifestation contre la ré-autorisation du glyphosate © Maxppp - OLIVIER HOSLET

Dijon, France

C'est officiel depuis ce lundi, l'autorisation du glyphosate, pourtant suspecté d'être mauvais pour la santé, est reconduite pour cinq années supplémentaires dans les pays de l'union européenne. La France ne voulait pas aller au delà de trois ans, le temps de trouver une alternative et a donc voter contre cette décision. Le président Macron a aussitôt réagi en assurant que cet herbicide sera interdit dans l'hexagone dans trois ans.

Le "Oui mais" de la confédération paysanne

En Côte-d'Or, le glyphosate fait aussi l'objet d'un débat dans le monde agricole qui en est l'un des plus gros utilisateur. Du côté de la confédération paysanne, on déplore cette reconduction. Son porte parole en Côte-d'Or, Denis Perreau explique "être bien déçu que ce soit renouvelé pour cinq ans. trois ans auraient été largement suffisant parce que le glyphosate pose réellement des problèmes que ce soit sur la santé ou sur l'environnement. On en voit les preuves tous les jours. Pour arriver à sortir des pesticides et du glyphosate en particulier, il faudrait quand même changer les règlements car ils sont massivement utilisés pour des raisons économiques et tant qu'on reste dans une logique de compétition sur les prix, on arrivera pas à sortir de cette problématique."

Le tweet d'Emmanuel Macron

En déplacement en Afrique, le président Emmanuel Macron a réagi au vote européen dans un tweet dans lequel il précise avoir demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l'utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans.

Du côté de la Confédération Paysanne de Côte-d'Or, Denis Perreau n'y croit qu'à moitié. Il explique qu'il y a "énormément d'agriculteurs qui s'en passent, mais il faudrait accompagner cette sortie du glyphosate par des mesures économiques et commerciales. On ne peut pas en même temps vouloir sortir du glyphosate et continuer de négocier des accords avec le Mercosur (qui regroupe plusieurs pays d'Amérique du Sud ) qui en utilise beaucoup, ou vouloir être compétitif avec le Canada qui ne fait que du colza OGM!"

La FDSEA très remontée contre le président

En Côte-d'Or, la FDSEA 21 se félicite de la décision européen mais fustige la position d'Emmanuel Macron. Son président, Fabrice Faivre salue la position de l'Union Européenne, mais il explique que "ce qui nous va moins bien, c'est la position du Chef de l’État qui, dans un souci de ménager Nicolas Hulot (ministre de l’Écologie) s'engage à interdire le glyphosate dans trois ans, mais le chef de l’État a toujours dit qu'il n'ajouterait pas de surtransposition à la politique européenne mais il vient de nous donner l'exemple que finalement en France, on se laisse la liberté de faire autrement que les autres."

  - Visactu
© Visactu