Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Glyphosate : des volontaires font analyser leur urine à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Les militants anti-glyphosate ont lancé leur campagne de tests urinaires ce mercredi à Perpignan. Une cinquantaine de volontaires a participé à cette première session dans le département des Pyrénées-Orientales.

Une cinquantaine de volontaires sont venus tester leur urine à Perpignan
Une cinquantaine de volontaires sont venus tester leur urine à Perpignan © Radio France - Tanguy Bocconi

Perpignan, France

Les militants anti-glyphosate ont fait le plein pour leur première campagne de tests dans les Pyrénées-Orientales ! Le glyphosate c'est ce pesticide massivement utilisé dans le monde entier et considéré comme "cancérogéne probable" par l'Organisation mondiale de la santé. Ce mercredi matin à Perpignan, 52 volontaires ont participé, au casal de l'avenue du lycée, à la première session de prélèvements organisée dans le département. Une campagne baptisée "du glyphosate dans nos urines" qui vise à démontrer le danger de ce pesticide pour la santé en mesurant la quantité présente dans nos organismes.

45 plaintes en préparation pour mise en danger de la vie d'autrui

Des participants très motivés qui n'ont pas hésité à se lever tôt ( a session s'est déroulée entre 6h30 et 8h30 du matin) et à débourser 135 euros pour réaliser ce test urinaire et porter plainte en cas de résultats positif de présence de glyphosate dans leur organisme : "Pour moi, c'est un acte militant contre ce système d'exploitation mondialisé qui détruit la nature et met en danger nos vies", explique Jacques, un retraité.

"Il faut que les citoyens passent aux actes pour faire bouger les choses. Certaines plaintes collectives ont marché dans d'autres pays, alors même si en face les lobbys sont très puissants, j'ai envie d'y croire", ajoute Nina. À l'issue de la session, 45 personnes ont décidé de porter plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui", "atteinte à l'environnement" et "tromperie aggravée" .

Un protocole de prélèvement très encadré

Tous les volontaires ont dû uriner dans des éprouvettes sous le contrôle de deux huissiers, à la manière d'un contrôle anti-dopage.  _"_On veut que la procédure soit inattaquable et transparente de A à Z pour qu'on ne puisse pas nous accuser de fausser le test", précise Renée Barneron, membre du collectif Alternative aux Pesticides 66 qui a organisé cette première campagne de tests urinaires. "Les participants vont également remplir un questionnaire très complet sur leur alimentation, leur environnement, leurs habitudes et leur mode de vie pour aider les scientifiques et les médecins à mieux comprendre les mécanismes de la contamination au glyphosate dont toutes les causes ne sont pas encore connues."

Les résultats des analyses devraient être disponibles d'ici deux à trois semaines. D'autres sessions de prélèvements sont envisagées dans le département : la prochaine réunion d'information du collectif Alternative Pesticides 66 se tiendra à Prades mardi 19 février.

Témoignages de participants à la campagne "du glyphosate dans nos urines"

Les échantillons d'urines seront analysés dans un laboratoire indépendant en Allemagne - Radio France
Les échantillons d'urines seront analysés dans un laboratoire indépendant en Allemagne © Radio France - Tanguy Bocconi
Choix de la station

France Bleu