Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Glyphosate : les agriculteurs des Landes ripostent contre les "pisseurs volontaires"

-
Par , France Bleu Gascogne

Les Jeunes agriculteurs des Landes ont à leur tour décidé de faire tester leur urine pour vérifier s'il y a des traces de glyphosate. 14 personnes se sont prêtées au jeu.

Le député LREM des Landes, Lionel Causse (à droite) et 13 agriculteurs ont accepté de faire le test.
Le député LREM des Landes, Lionel Causse (à droite) et 13 agriculteurs ont accepté de faire le test. © Radio France - Fanette Hourt

Dax, France

Après les pisseurs volontaires, place aux pisseurs agriculteurs !  14 personnes, agriculteurs et membre du syndicat Jeunes agriculteurs, ont réalisé un prélèvement d'urine ce vendredi. Le but ? Faire des tests pour voir s'il y a du glyphosate dans leur corps et répondre ainsi aux pisseurs volontaires.  

En effet, 64 Landais avaient fait analyser leur urine dans le cadre d'une opération nationale, et tous les résultats étaient revenus positifs. En moyenne, le taux de glyphosate pour les testés était de quasiment huit supérieur à ce qui est autorisé dans l'eau potable, selon l'association "Nous voulons des coquelicots - Dax" qui a coordonné cette opération dans les Landes. Une plainte collective a par la suite été déposée contre ceux qui vendent ou autorisent ce pesticide très controversé.

Les JA ont donc décidé de riposter. "On reproche [aux pisseurs volontaires] un manque de transparence, des tests qui ont été réalisés dans un laboratoire allemand, avec des financements qui sont quand même un peu louche", explique Michaël Dolet-Fayet, le président des JA dans les Landes.

"Aujourd'hui _on prône la transparence dans l'agriculture_, on a donc décidé de nous aussi faire des tests dans un laboratoire français qui enverra toutes ces analyses à Limoges, pour avoir des résultats sur le taux de glyphosate dans nos urines", ajoute-t-il. 

Les prélèvements ont été réalisés dans un laboratoire de Dax. - Radio France
Les prélèvements ont été réalisés dans un laboratoire de Dax. © Radio France - Fanette Hourt

Une opération de communication qu'assume totalement Michaël Dolet-Fayet : "Il y en a marre que tout le monde s'approprie la communication, et que les agriculteurs ne communiquent pas, alors que nous sommes les premiers concernés et on ne parle pas. On se fait taper sur les doigts à longueur de journée, il faut qu'on arrête de rester dans notre coin, et expliquer nos pratiques."

Une réponse à l'agribashing

Un agribashing qui pèse aussi sur Jonathan Lalondrelle. Il est éleveur de volailles dans le nord des Landes, et il a lui aussi décidé de faire analyser son urine. "On est agacés d'être toujours montrés du doigt et de _se faire traiter en permanence de pollueurs, d'empoisonneurs_. On est utilisateurs de produit, et si on en n'a pas dans nos urines, cela montre bien que les tests faits par nos détracteurs sont peut-être truqués."

Aujourd'hui, on vient chercher un peu de respect. - Jonathan Lalondrelle, éleveur de volailles dans le nord des Landes

Et si du glyphosate se trouve dans leur urine ? "On en tirera les conséquences sur nos pratiques, sur notre alimentation, assure Jonathan Lalondrelle. Mais moi je suis confiant."

Les résultats devraient normalement arriver d'ici 15 jours. Le coût total de ces tests est de près de 950 euros. 

Le député LREM des Landes, Lionel Causse, a lui aussi fait le test. Mais quel que soit le résultat, il assure que cela ne changera pas l'objectif du gouvernement : interdire le glyphosate d'ici 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu