Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Glyphosate : les réactions des syndicats agricoles en Mayenne

mardi 29 mai 2018 à 16:06 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

L'Assemblée National n'a pas inscrit dans la loi la sortie de cet herbicide d'ici 2021. Le gouvernement promet, cela dit, l'abandon du glyphosate à cette date. Qu'en pensent la FDSEA et la Confédération Paysanne en Mayenne ? France Bleu les a interpellées.

du glyphosate pulvérisé dans un champ (illustration
du glyphosate pulvérisé dans un champ (illustration © AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

Alors, déjà, c'est un produit simple à utiliser et très efficace pour tuer les mauvaises herbes. Pour l'instant, on ne trouve, sur le marché, aucune technique bio aussi efficace. Le glyphosate à la poubelle définitivement, ça voudrait dire "ressortir les charrues" avait expliqué un responsable de la FNSEA. 

Une sortie oui mais le temps de trouver des solutions alternatives, et 3 ans c'est court souligne Philippe Jehan, le président de la fédération mayennaise du syndicat : "tant qu'il n'y a pas de solutions alternatives, peut-on interdire un produit qui n'est jamais sur la culture ? Le glyphosate n'est pas appliqué sur un produit qui va à la consommation humaine ou au sein des élevages. En aucun cas. Le glyphosate, c'est pour lutter contre les mauvaises herbes entre deux cultures quand on a fini le blé, le maïs. Ce n'est pas une sortie dans 3 ans. C'est dire qu'on essaie d'accélérer la recherche pour d'autres solutions et la profession est d'accord"

C'est un renoncement pour les organisations écologistes et les syndicats bio. Le ministre de l'agriculture Stéphane Travert a reculé. Raphael Bellanger est le porte-parole de la Confédération Paysanne : "le ministre demande que l'industrie phyto-pharmaceutique propose des produits pour remplacer le glyphosate jusqu'à son interdiction. Ce n'est pas la bonne voie qu'il faut suivre. On se retrouvera alors avec le même problème dans quelques années. C'est un pas en arrière. Remplacer un produit par un autre ça ne changera pas le problème de la pollution de l'eau. Il faut penser à une nouvelle orientation politique agricole pour se passer des pesticides dans leur ensemble"

Le glyphosate a été mis sur le marché international en 1974. La quantité utilisée depuis n'a jamais cessé d'augmenter. De nos jours, chaque année, près de 900.000 tonnes de cet herbicide sont vendues.