Agriculture – Pêche

INFOGRAPHIE - Grippe aviaire : 18 000 emplois fragilisés dans les Landes

Par Camille Labrousse, France Bleu Gascogne vendredi 15 janvier 2016 à 18:55

Un élevage de canards et d'oies (photo d'illustration)
Un élevage de canards et d'oies (photo d'illustration) © Radio France - Julien Pelaes

Le gouvernement s'engage à venir en aide aux professionnels mis en difficulté par les mesures pour lutter contre la grippe aviaire. Les Landes sont le premier département producteur de foie gras. Il va donc falloir aider beaucoup de monde.

Stéphane Le Foll était en déplacement à Bordeaux ce vendredi. Le ministre de l'Agriculture reconnaît que les mesures choisies sont "difficiles" mais que l'Etat soutiendra les professionnels concernés. 

Les Landes produisent chaque année presque un quart du foie gras français. Un chiffre qui fait du département le premier producteur du pays, grâce à 950 exploitations de palmipèdes et la plupart de très haute qualité puisque 90% des élevages sont reconnus IGP Sud Ouest ou Label Rouge.

Dans le département, la filière représente 5400 emplois directs : les accouveurs, les éleveurs, les gaveurs, les abattoirs ou les entreprises de transformation. A cela s'ajoutent 12 150 emplois indirects, à savoir les transporteurs, la production d'aliments pour les canards, les commerces ou les restaurateurs. Autrement dit, tous ceux qui s'occupent de près ou de loin des presque 20 millions de bêtes abattues chaque année. 

L'aide financière en négociations

Seuls les emplois directs devraient toucher une aide. Les négociations sont en cours pour qu'elle soit la plus importante et rapide possible. Un fonds pour les vides sanitaires existe déjà, auquel la filière avicole cotise depuis le mois de décembre. On ignore encore le montant de l'enveloppe qui sera accordé par ce fonds. Mais il sera complété par la France pour moitié et par l'Europe pour l'autre.

Puis certains professionnels auront droit au chômage technique. Pas les éleveurs mais les salariés dont l'entreprise fait l'objet d'une fermeture temporaire ou bien qui offre un temps de travail trop réduit. Ils recevront une indémnité égale à 70% de leur rémunération brute habituelle. 

Partager sur :