Agriculture – Pêche

Grippe aviaire en Dordogne : "la situation est sous contrôle !"

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord mercredi 3 août 2016 à 18:42

Elevage de canards.
Elevage de canards. © Maxppp - Maxppp

Les services de l'état en Dordogne ont voulu rassurer les éleveurs et les professionnels de la filière gras ce mercredi 3 août. La crise de la grippe aviaire est "sous contrôle" ont-ils annoncé après un comité de suivi.

Ce mecredi 3 août, les professionnels de la filière, les représentants du département et de l'Etat se sont retrouvés pour faire un point d'étape près de dix mois après la découverte d'un premier cas de grippe aviaire à Biras. Les éleveurs ont dû respecter un vide sanitaire de plusieurs semaines.

Comprendre d'où vient le virus

Aujourd'hui 75 % des 95 exploitations contrôlées se sont avérées saines, mais à Ladornac, fin juillet il a fallu abattre 25.400 canards dans un élevage qui avait pourtant respecté les consignes de bio-sécurité à la lettre après voir vidé son élevage. Actuellement, les services vétérinaires procèdent par élimination pour essayer de comprendre comment le virus est arrivé dans cet élevage et ils ont déjà quelques clefs comme l'explique la préfète Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. "On exclut l'idée que ce soit  pardes canetons contaminés, on ecxlut aussi une contamination par le transport.'"

Reste l'hypothèse de la faune sauvage qui ne semble pas convaincre les scientifiques, mais plus sûrement, celle du parcours des canards. Leur contamination semble remonter au moment où ils ont quitté les bâtiments pour aller en extérieur. La terre est peut-être encore contaminée par le virus et du coup le vide sanitaire n'aurait pas eu d'effet sur elle.

223 dossiers d'éleveurs reçus en préfecture

Durant cette réunion, un point a également été réalisé sur les indemnisations versées aux éleveurs. Plus de trois millions d'euros viennent d'être débloqués pour compenser les pertes d'exploitation. La préfecture a reçu 223 dossiers. Le reste de cette aide devrait être versée aux éleveurs périgourdins à l'automne. Par ailleurs, le conseil départemental a débloqué une aide de 150.000 euros, en complément des aides de l'Europe et de la région pour financer 40 % des investissements nécessaires pour que les éleveurs se mettent aux normes.