Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grippe aviaire : l'abattage préventif rendu possible dans une centaine de communes des Landes

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Gascogne, France Bleu, France Bleu Pays Basque, France Bleu Béarn Bigorre

Les autorités ont rendu possible l'abattage préventif de volailles d'élevage dans une centaine de communes, principalement des Landes mais aussi des Pyrénées-Atlantiques, afin de maîtriser la propagation de la grippe aviaire, avec un arrêté paru au Journal officiel ce mardi.

L'arrêté ministériel rend possible l'abattage préventif des canards dans 104 communes landaises et 5 des pyrénées-atlantiques
L'arrêté ministériel rend possible l'abattage préventif des canards dans 104 communes landaises et 5 des pyrénées-atlantiques © Maxppp - Le Lievre Nicolas

Un précédent arrêté, en date du 23 décembre, ordonnait un abattage préventif dans 11 communes des Landes. Le texte publié ce mardi liste une centaine de communes, dont la majorité est située dans les Landes. "Considérant la propagation du virus responsable de l'influenza aviaire hautement pathogène de sous-type H5N8 dans l'avifaune et sur des volailles d'élevage, en particulier de palmipèdes, dans le département des Landes et la nécessité de prévenir le risque d'extension de l'épizootie", un "abattage préventif" est rendu possible dans une centaine de communes des Landes, et cinq communes des Pyrénées-Atlantiques.

Le texte met notamment en avant "la forte densité d'élevages de volailles dans le département des Landes".  Les "publics concernés" sont "l'ensemble des détenteurs d'oiseaux (volailles, oiseaux d'ornement, gibier et faune sauvage captive), les vétérinaires, les laboratoires d'analyses départementaux, les professionnels de l'aviculture, les entreprises d'équarrissage et d'abattage".  

Enjeu de cet arrêté ministériel 

L’enjeu de cet arrêté ministériel est clair : tout faire pour éviter une propagation du virus vers l’est, vers la zone du Tursan et vers le département du Gers. Lundi 28 décembre 2020, les services vétérinaires des Landes ont réalisé une trentaine d’analyses dans des élevages situées sur une ligne Mont-de-Marsan, Hagtemau, Orthez. Aucune contamination n'a été constatée. 

Les autorités anticipent pourtant une possible propagation de ce virus H5N8 en rendant possible, grâce à cet arrêté ministériel publié ce mardi, l’abattage préventif des canards dans 104 communes landaises, et dans 5 communes des pyrénées-atlantiques, dans une zone de 3 kms autour d'un foyer de contamination, au cas où la situation s’envenimerait.

Ce scénario d'une propagation en Chalosse et vers l'est est redouté car le virus peut se propager dans l’air et les vents d’ouest de la tempête Bella font craindre le pire en Chalosse où les élevages sont proches les uns des autres.

Frédéric Denis nous explique l'enjeu de cet arrêté ministériel publié au journal officiel ce mardi 29 décembre 2020

Pas de dépeuplement massif pour l’instant, mais une course de vitesse est lancée contre un virus qui, selon la chambre d’agriculture des Landes, se propage trois fois plus vite qu’en 2017

Les scientifiques de l'Anses saisis

L'arrêté ministériel entre en vigueur mardi 29 décembre, est-il précisé. Les autorités vétérinaires ont demandé un nouvel avis auprès des experts scientifiques de l’Anses, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, pour voir si la stratégie de lutte au cas par cas (en dépeuplant dans un rayon de trois kilomètres autour d’un foyer de contamination) reste suffisante dans le contexte actuel ou s’il faut en changer. Cet avis devrait être rendu d’ici la fin de la semaine.

"Si la réglementation de 2017 n'est plus adaptée à la situation, il va falloir la revoir" Hervé Dupouy, président de la section palmipèdes à la FDSEA des Landes

Il va falloir tirer les leçons de cette nouvelle crise prévient Hervé Dupouy, président de la section palmipèdes à la FDSEA des Landes

"On est vraiment dans une situation qu'on avait pas prévu en 2017" analyse le président de la section palmipèdes de la FDSEA des Landes, Hervé Dupouy. Il va donc falloir revoir cette réglementation poursuit le syndicaliste qui élève et gave 28 000 canards par an à Castelnau-Tursan. "Les mesures sanitaires ont été efficaces pour retenir la maladie mais pas pour éviter sa propagation".

"Il faut que l'on adapte absolument notre système de production pour éviter que toute l'économie agricole du département des Landes, tous les deux ou trois ans, ne subisse un tel revers" assure Hervé Dupouy. Le président de la section palmipèdes de la FDSEA des Landes évoque des mesures de confinement plus adaptées au virus ou d'autres stratégies comme la vaccination. "Il faut trouver des moyens, des outils qui nous permettent de produire demain, lesquels sont-ils, je ne sais pas". 

La semaine dernière, des abattages préventifs massifs de 40.000 canards dans les Landes avaient été ordonnés pour juguler la propagation de la grippe aviaire, détectée dans 18 foyers en France. Les Landes qui restent, à ce jour, l'un des départements les plus touchés par le virus aviaire en France avec sept foyers détectés depuis début décembre.

Comme plusieurs pays d'Europe, la France est confrontée à un épisode d'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) depuis la mi-novembre. Le virus en cause (H5N8) atteint exclusivement les oiseaux. Il n'est pas transmissible à l'homme. La maladie circule activement dans la faune sauvage et se manifeste à l'occasion des migrations vers le Sud

Choix de la station

À venir dansDanssecondess