Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : l'Etat débloque 60 millions d'euros

Par Morgane Schertzinger, France Bleu Périgord jeudi 24 mars 2016 à 19:15

La filière des vendeurs et transporteurs de produits gras est aussi touchée.
La filière des vendeurs et transporteurs de produits gras est aussi touchée.

Les entreprises en aval de la filière palmipèdes vont elles aussi être soutenues par l'Etat. Il s'agit des conserveurs, des transformateurs ou des transporteurs. Ils toucheront une enveloppe de 60 millions d'euros. On ignore pour l'instant quand elle sera débloquée.

La nouvelle a été annoncée lors d'une réunion du comité national du suivi de la grippe aviaire mercredi. L'Etat va débloquer une aide de 60 millions d'euros pour les acteurs de la filière palmipèdes qui travaillent du côté du transport et de la vente des produits gras.

C'est la première annonce en faveur de la filière aval. En début d'année, l'Etat avait annoncé débloquer 130 millions d'euros pour aider les éleveurs, producteurs et accouveurs, soit la filière amont, à passer le cap du vide sanitaire, qui débutera le 18 avril.

Une perte de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires 

En Dordogne, plus de 400 entreprises concernent des conserveurs, des transporteurs, des emballeurs ou des imprimeurs, soit 4 900 emplois. D'après la Chambre des métiers et de l'artisanat et la Chambre de commerce et d'industrie, le passage du vide sanitaire entraînerait une perte de 50 millions de chiffre d'affaires pour ces entreprises.

"Ces aides sont largement insuffisantes et ne tiennent pas compte des pertes économiques que les transporteurs, emballeurs, transformateur vont subir. On les a estimées entre 15 et 70% de leur chiffre d'affaire", a réagit Christophe Fauvel, le président de la CCI Dordogne. Ecoutez-le au micro de France Bleu Périgord :

SON | Christophe Fauvel, président de la CCI Dordogne

Redorer l'image des produits du Périgord

Pour gérer les problèmes de trésorerie et venir en aide aux entreprises les plus fragiles, les Chambres comptent également sur le soutien des banques, les prêts à faible taux et les reports de remboursement.

Mais à l'automne prochain, il sera question pour ces entreprises de reconquérir des marchés éventuellement perdus. "Aujourd'hui tout s'arrête avec le vide sanitaire, donc après, comment retrouver les marchés qui seront partis ailleurs ?", s'interroge Patrick Meynier, le président de la Chambre des métiers et de l'artisanat.

La région a annoncé le financement, d'ici à la fin de l'année 2016, d'un plan de communication pour aider les acteurs de la filière palmipèdes à reconquérir les consommateurs. Il s'élèvera à hauteur d'un million d'euros.

EXPLICATIONS | Des aides financières attendues