Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : le ministre de l'Agriculture ne s'engage pas sur une nouvelle enveloppe pour indemniser les éleveurs

Par Frédéric Denis, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Périgord et France Bleu jeudi 14 septembre 2017 à 17:42

 Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, dit avoir parfaitement conscience de la perte d'exploitation des éleveurs liée au manque de canards
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, dit avoir parfaitement conscience de la perte d'exploitation des éleveurs liée au manque de canards © Radio France

Le ministre de l'Agriculture a reçu les représentants de la filière foie gras ce jeudi. Stéphane Travert n'a pas annoncé d'indemnisations supplémentaires pour aider les éleveurs touchés par la grippe aviaire à éponger leurs pertes de production depuis la reprise de la production le 29 mai.

Le ministre de l'Agriculture a reçu les représentants de la filière foie gras ce jeudi. Stéphane Travert n'a pas annoncé d'indemnisations supplémentaires pour aider les éleveurs touchés par la grippe aviaire à éponger leurs pertes de production depuis la reprise de la production le 29 mai.

Le CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras) a pourtant alerté le ministre de l'Agriculture sur le lent et difficile redémarrage de la filière foie gras après l'abattage de plus de 3,7 millions de canards en France depuis fin 2016 et six semaines de vide sanitaire au printemps dernier.

Les représentants de la filière gras ont insisté sur le besoin d'indemniser toutes les pertes d'exploitations des éleveurs de canards impactés par la grippe aviaire. Pour le moment l'Etat indemnise uniquement le manque à gagner accumulé jusqu'au 29 mai dernier, date officielle de la reprise de production. La reprise de la production de la filière gras est en effet poussive dans les Landes et le Sud-Ouest à cause du manque de canetons.

Il manque 30 millions d'euros rien que pour les Landes

La FDSEA des Landes et le syndicat des Jeunes Agriculteurs mènent des opérations barrages filtrants sur les principales routes landaises depuis une semaine pour exiger également du gouvernement, une nouvelle enveloppe pour indemniser le manque à gagner qui s'accumule dans les exploitations depuis le 29 mai. Il manque 30 millions d'euros rien que pour les Landes pour remettre les trésoreries des exploitations à flot selon la FDSEA.

"J'ai parfaitement conscience de cette perte d'exploitation qui se fait jour du fait du manque de canards" Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture

Le ministre de l'Agriculture assure avoir conscience de la perte d'exploitation que les éleveurs de canards subissent dans tout le bassin de production des Landes depuis la fin du vide sanitaire et la reprise de la production le 29 mai. Stéphane Travert explique que d'autres régions ont aussi été touchées et qu'il se heurte au règlement européen pour pouvoir débloquer de nouvelles aides pour un territoire en particulier. Il doit donc discuter avec la Commission Européenne pour regarder si le gouvernement peut et le cas échéant "comment il peut cibler les aides là où cela et possible et attendu par les éleveurs".

Le ministre de l'Agriculture ne donne pas de chiffrage, ni de calendrier précis. Stéphane Travert explique aussi qu'il a fallu aussi qu'on lui remonte les évaluations des pertes d'exploitations : "Mes services sont en train de regarder comment nous pouvons répondre."

Les justifications du ministre de l'Agriculture ne convainquent pas le président de la FDSEA des Landes. François Lesparre veut bien reconnaître que "la situation est complexe et que les cas à traiter sont variés mais se cacher derrière le paravent de l'Europe, ce n'est pas audible pour les éleveurs".

Le président de la FDSEA des Landes assure que les éleveurs de canards et de volailles perçoivent un abandon de l'Etat et un pourrissement de la situation, ce qui n'est pas acceptable.

Du côté du CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), on comprend que le ministre de l'Agriculture ne veuille pas promettre de nouvelles aides qui ne seraient pas compatibles avec les règles européennes. Le CIFOG comprend que Stéphane Travert ne veuille pas s'engager sur des aides financières que les éleveurs devraient peut-être un jour rembourser, mais une solution doit être trouver tonne Marie-Pierre Pé. Pour la porte parole du CIFOG, "les éleveurs n'ont pas supporter les conséquences de l'abattage massif de canards, notamment des reproducteurs, décidé par l'Etat" pour stopper la grippe aviaire.

Le ministre de l'Agriculture a reçu les représentants du CIFOG, l'iInterprofession du foie gras, ce jeudi après-midi

Vendredi noir dans les Landes

La FDSEA et le syndicat des Jeunes Agriculteurs rappelle que 6000 emplois sont directement dépendant de la santé de l'élevage dans le seul département des Landes. Les éleveurs de canards et de volailles annoncent donc un vendredi noir dans les Landes. Ils bloqueront la deux fois deux voies Dax-Mont de Marsan au niveau du rond point de Tartas ce vendredi 15 septembre. L'opération doit commencer en milieu de matinée

Le Sud-ouest de la France produit 75 % du foie gras français, soit un chiffre d'affaires de deux milliards d’euros. La filière y représente 30 000 emplois directs et 100 000 indirects.