Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : les contrôles renforcés dans les élevages de volailles en Dordogne

lundi 2 juillet 2018 à 17:44 Par Octavie Couchard, France Bleu Périgord

Pour limiter les risques de grippe aviaire et éviter une nouvelle crise, les contrôles dans les élevages de volailles sont largement renforcés. Les services vétérinaires appellent les éleveurs à plus de vigilance.

Seulement 70 % des élevages de Dordogne sont conformes aux normes de biosécurité.
Seulement 70 % des élevages de Dordogne sont conformes aux normes de biosécurité. © Radio France - Axelle Labbé

Périgueux, France

Mieux vaut prévenir que guérir... C'est en tout cas le message qu'on voulu faire passer les services vétérinaires de la Dordogne. Les contrôles vont être renforcés parce que "le compte n'y est pas", pour Frédéric Piron, le directeur de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). Cette année, les dépistages obligatoires avant les déplacements des animaux vont durer tout l'été, du premier juin au 15 novembre. "Cela nous permettra d'approfondir les connaissances scientifiques pour trouver le bruit de fond du déplacement viral", explique Franck Martin. 

Aussi, la durée des contrôles hivernaux va être prolongée de deux mois, entre le 15 novembre et le 15 mars. Au total cette année, les contrôles vont donc durer 9 mois. Une sacrée charge pour les éleveurs, puisque chaque dépistage coûte 200€, avec une prise en charge de 50 % par l'Etat.

Des élevages qui ne sont pas encore aux normes

"La prévention coûte cher, mais moins que le système curatif. Seulement 70 % des élevages de la Dordogne sont en conformité avec les normes de biosécurité. Trop d'éleveurs prennent encore à la légère les mesures de contrôle.", explique Frédéric Piron. Sur le département, quatre cas de virus ont été détectés sur 60 élevages testés entre le premier décembre et le 15 janvier

Deux ans après la mise en place des mesures bio sanitaires, il reste donc encore des efforts à faire, surtout du côté de la filière courte. C'est d'ailleurs cette filière qui sera principalement concernée par le renforcement du programme annuel de surveillance sérologique. Environ 80 élevages seront dépistés cette année, avec une prise en charge à 100 % des frais par l'Etat. 

Pour cet été, les 1 200 élevages du département sont appelés à déclarer tous les mouvements d'animaux sous 7 jours par voie électronique. 

"Nous voulons surtout cibler les filières courtes, qui n'ont pas l'habitude de ce type de suivi", détaille Franck Martin, chef de service santé et protection animale à la DDCSPP. 

Pour les services vétérinaires, il est nécessaire d'avoir connaissance de la composition des élevages pour adapter les mesures face au risque de grippe aviaire. 

Du côté des transports, les mesures de sécurité sont également resserrées, a annoncé Frédéric Piron : "Il sera impossible de mélanger les volailles de différents élevages dans le même camion. Des contraintes vont également peser à la fois sur les éleveurs, les transporteurs et les chauffeurs. Les programmes de transport devront être prévus."