Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : les éleveurs de gibier, victimes collatérales de l'épidémie

Par Margaux Stive, France Bleu Béarn jeudi 29 décembre 2016 à 20:29

L'exploitation de Marie-Christine Dailhé est déjà en redressement judiciaire, elle craint la faillite
L'exploitation de Marie-Christine Dailhé est déjà en redressement judiciaire, elle craint la faillite © Radio France - Margaux Stive

Après la découverte d'un troisième cas de grippe aviaire en Béarn mardi, à Ponson-Dessus, les éleveurs de gibier de la commune sont à bout. Ils subissent de plein fouet l'épidémie, mais n'ont pas droit aux indemnisations.

Les éleveurs de gibier subissent aussi l'épidémie de grippe aviaire. Après la découverte d'un troisième cas de grippe aviaire en Béarn, à Ponson-Dessus, toute la filière est sous le choc. Comme Marie-Christine Dailhé. Elle élève des faisans et des perdrix à Ponson-Dessus, à quelques mètres de l'exploitation touchée. Et elle craint la faillite.

Les oubliés de la grippe aviaire

Depuis début décembre, Marie-Christine Dailhé a subi de plein fouet quatre cas de grippe aviaire. À chaque fois elle était dans la zone de protection. Ça veut dire que depuis le 4 décembre elle n'a pas pu vendre une seule de ses bêtes. Elle est obligée comme tous les propriétaires de volailles de les confiner, elle ne peut pas les faire sortir de l'exploitation, en acheter d'autres, ni du coup les vendre. Mais contrairement aux éleveurs de la filière canard elle n'a pas le droit à des indemnisations.

30 euros sur le compte

Comme les éleveurs de canards, Marie-Christine Dailhé a du respecter le vide sanitaire, et aujourd'hui les mesures de protection. Mais jusque là, elle n'a pas touché un seul centime d'indemnisation. Pourtant, depuis le début du mois de décembre et la vague de grippe aviaire elle a perdu 15 000 euros. Cela représente le manque à gagner des volatiles qu'elle n'a pas pu vendre à cause des mesures de confinement. Aujourd'hui elle doit vivre au jour le jour avec 30 euros sur son compte en banque, en redoutant un nouveau cas de grippe aviaire.

Le problème d'après elle c'est que le gibier est considéré comme un élevage "de luxe", avec très peu d'éleveurs et donc peu de poids: « on ne peut pas aller manifester devant la Préfecture ou sortir nos gros tracteurs, on est tout seuls »

On est en redressement judiciaire, bientôt ce sera la faillite" - Marie-Christine Dailhé, éleveuse de perdrix et de faisans à Ponton-Dessus

Marie-Christine Dailhé ne sait pas comment elle va pouvoir s'en sortir

Un nouveau cas de grippe aviaire a été détecté dans les Landes, juste à la frontière avec le Béarn jeudi après-midi. C'est le 54e cas dans le Sud Ouest depuis début décembre. Du coup 4 communes béarnaises de plus sont soumises aux mesures de protection. Il s'agit de Taron-Sadirac-Viellenave, Poursiugues-Boucoue, Ribarrouy et Coublucq.