Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : l'abattage des canards et des oies, la piste qui affole les éleveurs

Par France Bleu Gascogne, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu Limousin, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord, France Bleu Toulouse et France Bleu mercredi 13 janvier 2016 à 17:24 Mis à jour le mercredi 13 janvier 2016 à 19:00

Canards (illustration)
Canards (illustration) © Maxppp

INFO FRANCE BLEU GASCOGNE - D'après nos informations, en réponse à l'épizootie de grippe aviaire, l'abattage de tous les palmipèdes sera proposé demain jeudi en Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale, à Paris. L'hypothèse inquiète les éleveurs au plus haut point.

Va-t-on tuer tous les canards du sud-ouest, en tous cas dans les huit départements touchés par la grippe aviaire ? Le CNOPSAV, le Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale se réunit demain matin - jeudi 14 janvier - à Paris pour décider des mesures à prendre pour éradiquer durablement le virus de la grippe aviaire, pourrait proposer une mesure qui inquiète au plus haut point les éleveurs : l'abattage de tous les palmipèdes - canards et oies.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, tranchera ensuite vendredi voire lundi prochain.

L'Europe demande un plan d'assainissement massif et durable pour en finir avec la grippe aviaire, qui a touché huit départements en moins de deux mois : la Dordogne (13 cas), les Landes (28), la Haute-Vienne (1), le Gers (10), les Pyrénées-Atlantiques (12), les Hautes-Pyrénées (3), le Lot (1) et la Haute-Garonne (1).

Éradiquer le virus de la grippe aviaire en abattant tous les palmipèdes

Si les départements touchés par la grippe aviaire veulent retrouver un statut indemne d'influenza, il faut éradiquer le virus. La solution vers laquelle on s'oriente, d'après nos informations, est l'abattage de tous les canards : ceux qui arrivent à maturité serait tués comme prévu, les autres par contre seraient abattus par anticipation, pour créer ainsi un vide sanitaire pendant quatre à cinq semaines.

Pendant ce temps là, les bâtiments, les véhicules, les tracteurs, les tunnels, les parcours seraient désinfectés. Ce n'est qu'à l'issue de cette période sans canard que l'on pourrait réintroduire les palmipèdes. La mesure qui concernerait les professionnels mais aussi les particuliers.

Les éleveurs réclament une solution plus douce

Perte de revenu, perte de marché : la mesure effraie les éleveurs. A la chambre d'agriculture des Landes, on espère une autre solution : celle d'un vide sanitaire échelonné. Pour Dominique Graciet, son président, "dans une crise sanitaire qui va coûter plusieurs centaines de millions d'euros à la filière, on a besoin d'avoir un système simple, efficace, qui fasse le moins de casse possible et qui présente néanmoins les bonnes garanties phytosanitaires pour pouvoir reprendre la production (...) à partir du 1er septembre". "Ce sera aux pouvoirs publics d'assumer les pertes de la filière".

ECOUTER - Dominique Graciet au micro France Bleu Gascogne de Stéphanie Hildenbrandt.

Dominique Graciet, président de la Chambre d'agriculture des Landes

"Pas d'autre solution que de vider la zone"

"C'est probablement disproportionné par rapport au risque pour la santé humaine. Cela dit, si on ne prend pas de telles mesures, on aura en permanence un bruit de fond avec de l'influenza ici dans le territoire", explique de son côté Eric Lafuente. Le directeur de la chambre d'agriculture des Landes craint des "conséquences économiques assez graves, voire dramatiques".

Abattage des palmipèdes : Eric Lafuente (chambre d'agriculture des Landes)

Grippe aviaire : 69 cas au total dans le sud-ouest

Sur le terrain, l'épizootie se poursuit. Un premier cas de grippe aviaire a été détecté dans un élevage 10000 poulets et 7000 canards sur la commune de Lafitte-Vigordane, en Haute-Garonne, ainsi qu'un autre dans un élevage de 1280 canards dans le Béarn, à Orin, a annoncé ce mercredi le ministère de l'Agriculture. Au total, 69 cas ont été recensés depuis fin novembre et la découverte d'un premier foyer de grippe aviaire chez un particulier, à Biras en Dordogne.

Découvrez les foyers détectés sur notre carte intéractive. Zoomez dans la carte et cliquez sur les points oranges pour en savoir plus (communes concernées, date, élevage).

Partager sur :