Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : un tiers des pertes des éleveurs de canards et de poulets des Landes jamais indemnisé ?

mercredi 30 août 2017 à 18:48 Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne

Selon la FDSEA des Landes, il manque 30 millions d'euros pour redresser les trésoreries des éleveurs de canards et de poulets touchés par la grippe aviaire. Pour le syndicat agricole, aujourd'hui, un tiers des pertes liées au virus H5N8 n'es pas couvert. Il demande une action rapide de l'Etat.

Sébastien Laporte, éleveur de canards à Montaut, attend toujours des indemnisations de l'Etat pour redresser les comptes de son exploitation après la deuxième crise de la grippe aviaire
Sébastien Laporte, éleveur de canards à Montaut, attend toujours des indemnisations de l'Etat pour redresser les comptes de son exploitation après la deuxième crise de la grippe aviaire © Radio France - Frédéric Denis

Mont-de-Marsan, France

La FDSEA des Landes adresse un avertissement au gouvernement. Les éleveurs de canards et de poulets du département, impactés par la grippe aviaire sont en colère.

Alors que la filière redémarre tout juste après les dégâts causés par le virus H5N8, les éleveurs de canards et de poulets n'ont pas encore touché l'intégralité des indemnisations promises pour éponger les pertes.

Selon la FDSEA des Landes, aucune enveloppe n'est prévue pour l'instant pour indemniser l'ensemble de la période où les éleveurs n'ont pas pu produire à cause de la grippe aviaire. Les indemnisations promises par l'Etat couvre l'abattage préventif ou curatif des canard et la période de non-production entre l'abattage des canards et le début du vide sanitaire le 29 mai. Aucune n'enveloppe n'est prévue pour indemniser la période sans production courant après le 29 mai.

Des banques plus frileuses pour aider les éleveurs

Selon la FDSEA des Landes, à cette heure, un tiers du manque à gagner n'est pas pris en charge. Le syndicat agricole estime qu'il manque une trentaine de millions d'euros pour permettre aux exploitations de redémarrer la production sereinement.

Les banques ont expliqué au syndicat agricole qu'elles ne sont plus en mesure d'accompagner 10 à 15% des exploitations landaises de canards et de poulets impactées par la grippe aviaire faute de garanties suffisantes. Cela représente 100 à 150 exploitations dans le département.

Des actions d'éleveurs à prévoir

"Les éleveurs ont appliqué les mesures imposées par l'Etat donc l'Etat doit prendre ses responsabilités en indemnisant tout ce qui n'aura pas été produit en 2017" Marie Hélène Cazaubon, secrétaire générale de la FDSEA des Landes

Alors que le canard frais landais sera de retour sur les étals dans quelques jours, la FDSEA des Landes a l'impression que l'Etat mène la filière en bateau.
La secrétaire générale du syndicat agricole estime que l'Etat doit prendre ses responsabilités en indemnisant tout ce qui n'aura pas été produit en 2017.

Marie Hélène Cazaubon explique que les éleveurs n'ont pas à payer les pots cassés du manque de courage politique du Ministre de l'Agriculture du gouvernement de Manuel Valls. Stéphane le Foll avait d'abord annoncé, sur France Bleu Gascogne, l'abattage total des canards dans les Landes pour en finir avec le virus H5N8 avant de revenir en arrière un peu plus tard. Si l'abattage total avait été effectué, les couvoirs, les palmipèdes reproducteurs n'auraient peut-être pas été touchés par la grippe aviaire et la filière aurait pu recommencer à produire plus vite et sans manque de canetons selon la FDSEA 40.

La FDSEA des Landes prévient : le temps des discussions est terminé, sans action concrète et rapide du gouvernement, il y aura des actions de terrain des éleveurs de canards sur le terrain.