Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Grippe aviaire : une exploitation des Landes menacée de coupure d'électricité

-
Par , France Bleu Gascogne

Elisabeth Dupouy et son gendre sont gaveurs de canards à Vielle-Tursan. Leur activité est arrêtée depuis le 13 décembre, ils attendent toujours le versement des indemnités pour 2017 et 2016. Aujourd'hui, ils ne peuvent pas payer leur facture d'électricité et risque d'être coupés.

Vincent Durot et sa belle-mère Elisabeth Dupouy ne peuvent pas payer 1.000 euros de facture d'électricité
Vincent Durot et sa belle-mère Elisabeth Dupouy ne peuvent pas payer 1.000 euros de facture d'électricité © Radio France - Valérie Mosnier

Vielle-Tursan, France

Ils sont partagés entre colère et détresse. Deux agriculteurs du Tursan sont menacés de coupure d'électricité, parce qu'ils n'ont pas payé une partie d'une facture du début d'année. A l'époque, les cas de grippe aviaire se multiplient, et Elisabeth Dupouy se doute que la crise va être longue. Elle décide donc de verser un tiers de la somme, soit 500 euros. Relancée en mars, elle réussit alors à temporiser mais il y a deux semaines elle, et son gendre Vincent Durot, qui est son associé, reçoivent de nouveaux courriers et des SMS sur leurs portables "le dernier disant qu'on serait coupé dans les plus brefs délais" explique Elisabeth Dupouy.

C'est pas que je ne veux pas, mais je ne peux pas! - Elisabeth Dupouy

Les deux associés n'ont pas le choix "ça nous intéresse pas de laisser les factures sous le coude, c'est pas par plaisir qu'on fait ça" rajoute Vincent Durot. Aujourd'hui la trésorerie de l'exploitation est presque à sec, le prêt de la banque accordé il y a quelque mois est bientôt épuisé : "je n'arrête pas de leur dire... C'est pas que je ne veux pas, mais je ne peux pas!" résume Elisabeth Dupouy.

Des agriculteurs au bord de l'explosion

Les gaveurs attendent toujours les indemnisations promises. Elisabeth Dupouy vient justement de recevoir un appel de la DDTM, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, le service de l'Etat chargé de traiter les dossiers. D'après l'interlocuteur de l'agricultrice, les indemnités de 2017 devraient être versées la semaine prochaine : "J'y croirai quand je verrai l'argent versé sur le compte."

La colère et le ras le bol montent, "là, il peut venir couper le technicien, il va rentrer dans l'exploitation... en ressortir je ne sais pas, on lui bloque la route" conclue déterminée, Elisabeth Dupouy.

En tant que gaveurs, l'activité ne devrait reprendre au mieux que début septembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu