Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Grippe aviaire : une rallonge de 15 millions d'euros pour les éleveurs du Sud-Ouest

vendredi 10 novembre 2017 à 18:47 Par Valérie Mosnier et Maëlle Robert, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne, France Bleu Pays Basque, France Bleu Périgord et France Bleu

Le gouvernement accepte finalement d'indemniser la moitié des pertes des éleveurs du Sud-Ouest touchés par la grippe aviaire. Il s'agit des pertes accumulées depuis le 29 mai, depuis la fin du vide sanitaire.

Le gouvernement accepte finalement d'indemniser une partie des pertes accumulées depuis le 29 mai,  c'est-à-dire la fin du vide sanitaire.
Le gouvernement accepte finalement d'indemniser une partie des pertes accumulées depuis le 29 mai, c'est-à-dire la fin du vide sanitaire. © Maxppp - Christian Watier

Landes, France

Les éleveurs de canards et de poulets des Landes obtiennent une rallonge de 15 millions d'euros. Le gouvernement, par la voix du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, a annoncé ce vendredi qu'il acceptait finalement d'indemniser la moitié des pertes des éleveurs du Sud-Ouest touchés par la grippe aviaire. Il s'agit des pertes accumulées depuis le 29 mai, depuis la fin du vide sanitaire.

Le manque de canetons n'avait pas permis aux éleveurs de redémarrer normalement il y a cinq mois et des dettes se sont accumulées. Cette rallonge d'indemnisation est une bonne chose, même si le gouvernement pourrait mieux faire pour la landaise Marie-Pierre Pé, également directrice du CIFOG, qui représente l’inter-profession du foie gras : "C'est la moitié des pertes économiques qui pourront être prises en compte... Mais c'est malgré tout une avancée par rapport à une réponse négative que nous avions eue le 14 septembre. Donc il faut prendre le parti de voir le verre à moitié plein."

Une indemnisation partielle, soumise au feu vert de l'Europe

Seulement, l'ensemble des pertes accumulés après la fin du vide sanitaire ne sera pas épongé, comme le réclament les syndicats agricoles, mais juste la moitié et sous réserve de l'accord de l'Europe. Concrètement, ça voudrait dire 15 millions d'euros pour les éleveurs landais alors que la FDSEA réclamait 30 millions d'euros, "aujourd'hui on annonce une prise en charge à 50%, j'espère un peu davantage. C'est vrai on n'a pas tout ce qu'on veut, mais je rappellerais que quand on a commencé à se mobiliser notre dossier était enterré et on partait de rien. C'est la reconnaissance quand même que l'Etat admet qu'il a imposé des règles et que maintenant il doit indemniser les éleveurs pour les efforts qu'ils ont faits", déclare le président de la FDSEA des Landes, François Lesparre.

Une réunion sur cette extension du dispositif d'indemnisation des éleveurs du Sud-Ouest touchés par la grippe aviaire est prévue ce lundi au ministère de l'Agriculture, à Paris.