Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Guilvinec : son bateau s'échoue à seulement dix jours de la retraite

mercredi 8 mars 2017 à 17:19 Par Soisic Pellet, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

L'Argonaute, le chalutier de Philippe Duval, a fait naufrage au Guilvinec ce mercredi matin (Finistère). Deux minutes d'inattention ont suffi au patron pêcheur pour que son bateau s'échoue sur les rochers à la sortie du port. Pas de victime mais beaucoup d'émotion.

A l'endroit de l'accident, le bateau est totalement invisible. Les pompiers installent un dispositif anti-pollution.
A l'endroit de l'accident, le bateau est totalement invisible. Les pompiers installent un dispositif anti-pollution. © Radio France - Soisic Pellet

Guilvinec, France

A seulement dix jours de la retraite, Philippe Duval, patron pêcheur de l'Argonaute, se retrouve brutalement sans bateau et sans travail. Son chalutier s'est échoué dans le port du Guilvinec. En cause, une simple erreur d'inattention, "parce qu'il avait ses yeux sur les appareils électroniques. C'est histoire de deux ou trois minutes, ça suffit", raconte Etienne Larzeul, le chef des sauveteurs en mer.

Un marin expérimenté et même proche de la retraite

Un accident est vite arrivé. Et ça n' épargne personne, pas même les marins les plus expérimentés. Le patron du bateau échoué, l'Argonaute, s'apprêtait à cesser son activité. "C'est un marin proche de la retraite, c'était sa dernière marée", explique Etienne Larzeul de la SNSM.

Des pêcheurs très émus par l'accident

Alors, forcément, l'émotion est grande. Le propriétaire du bateau est sous le choc. "C'est un accident bête", avoue-t-il. Et sur le port, tout le monde peut comprendre son désarroi. Comme Etienne Larzeul, qui le connaît bien et qui est arrivé le premier sur les lieux : "Perdre son bateau, c''est sûr que c'est pas rose. Bon, il ne s'en rend pas forcément compte maintenant mais dans les jours à venir, ça va être dur". "Il a perdu son outil de travail", rajoute-t-il.

Un bateau, ça a une âme, ça vit" - Etienne Larzeul, sauveteur en mer

Heureusement que des dégâts matériels

Mais pour tous, l'important est tout de même que personne n'ait été blessé. A bord, ils étaient trois membres d 'équipage, dont le patron. "On a réussi à ramener les gars sains et saufs, c'est le principal", avoue Etienne Larzeul.

Désormais, il faut sortir le bateau. "L' urgence, c'est de ramener le bateau à terre. Là seulement, on pourra évaluer les dégâts", précise Patrick Tudal, l'assureur du navire. Une opération impossible à mener aujourd'hui, à cause d'un coefficient de marée trop faible. Il faudra sûrement attendre vendredi ou le début de la semaine prochaine.