Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

VIDÉO - Haute-Garonne : nouvelle action des agriculteurs pour dénoncer le CETA, du fumier déposé devant la préfecture

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

À l'initiative de la FDSEA 31, plusieurs agriculteurs ont mené une opération coup de poing ce jeudi soir pour dénoncer l'accord de libre-échange du CETA. Du fumier a été déposé devant la permanence de la députée Monique Iborra ainsi que devant la préfecture à Toulouse.

Plusieurs tonnes de fumier déposés devant la préfecture à Toulouse.
Plusieurs tonnes de fumier déposés devant la préfecture à Toulouse. © Radio France - Marius Delaunay

Haute-Garonne, France

Les agriculteurs tapent du poing et ils veulent le faire savoir. À l'initiative de la FDSEA 31, une vingtaine d'agriculteurs se sont rassemblés ce jeudi soir pour dénoncer une nouvelle fois le CETA, l'accord de libre-échange très controversé avec le Canada. Pas moins de 20 tonnes de fumier ont été versés devant la permanence de Monique Iborra à Tournefeuille. La députée LREM avait voté en faveur du CETA.

La préfecture et deux permanences LREM visées

Le fumier déversé devant la permanence de la députée Monique Iborra.  - Radio France
Le fumier déversé devant la permanence de la députée Monique Iborra. © Radio France - Marius Delaunay

Du fumier a également été déposé devant la préfecture de Haute-Garonne à Toulouse. La permanence de la députée LREM Corinne Vignon n'a pas non plus été épargnée. Un deuxième groupe d'agriculteurs a construit un mur de parpaings devant la permanence pour empêcher toute entrée. 

Une action coup de poing

Pour la FDSEA 31, c'est une action "coup de poing" pour interpeller les députés du département, dont une bonne partie ont voté pour l'accord du CETA. Les agriculteurs avaient convié les députés à en débattre avec eux lundi 29 juillet. Une invitation finalement restée lettre morte, aucun député n'étant présent pour les discussions. 

Les agriculteurs exigent des réponses après la signature de cet accord, qu'ils estiment suicidaire. Pour Luc Mesbah, secrétaire adjoint de la FDSEA 31, le dépôt de fumier correspond à "toute la "merde" qui sera amenée par le CETA. Aujourd'hui, cet accord est suicidaire pour nous les agriculteurs et fera baisser toutes les normes de qualité, au détriment de notre agriculture, qui sera toujours plus concurrencée". D'autres actions sont prévues pour la suite, et les agriculteurs haut-garonnais espèrent toujours pouvoir en discuter avec les députés du département.

"Mangeons français", une affiche déployée devant la préfecture à Toulouse. - Radio France
"Mangeons français", une affiche déployée devant la préfecture à Toulouse. © Radio France - Marius Delaunay

La réaction de Monique Iborra "on ne fait pas le bonne publicité de ce Ceta"

Monique Iborra a accepté de réagir ce vendredi matin sur les ondes de France Bleu Occitanie. Elle répète ne pas avoir été invitée par la FDSEA en début de semaine à Labège pour discuter. Et surtout la députée de l'ouest toulousain a tenu à expliquer pourquoi elle avait voté pour le Ceta.

Je ne sais pas si on s'est mal fait comprendre. Mais le but du Ceta est d'imposer au Canada des normes sanitaires et environnementales semblables aux nôtres. C'est un accord qui avait déjà été signé sous François Hollande, on travaille depuis deux ans sur l'aspect normatif. Et depuis 2016, le Ceta a largement profité à l'agroalimentaire français. — Monique Iborra

Monique Iborra en direct à 8 heures sur France Bleu Occitanie

Sept des huit députés LREM de Haute-Garonne ont voté pour le Ceta. Seule, Elisabeth Toutut-Picard, élue du Volvestre, s'est abstenue.

Choix de la station

France Bleu