Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Haute-Saône : des moissons bien meilleures cette année qu'en 2016

lundi 24 juillet 2017 à 18:18 Par Morgane Schertzinger, France Bleu Besançon

Les moissons édition 2017 ont été particulièrement bonnes en Haute-Saône. Les céréaliers retrouvent le sourire après une année 2016 qualifiée de "catastrophique."

Sur une exploitation ici de Sauvigney-lès-Pesmes, les moissons sont terminées depuis la mi-juillet.
Sur une exploitation ici de Sauvigney-lès-Pesmes, les moissons sont terminées depuis la mi-juillet. © Radio France - Morgane Schertzinger - France Bleu Besançon

Sauvigney-lès-Pesmes, France

Les céréaliers haut-saônois ont rangé leurs moissonneuses-batteuses depuis quelques jours déjà. Les moissons sont en effet terminées depuis la mi-juillet et elles sont plutôt bonnes dans ce département de Franche-Comté.

Surpris par les rendements du colza

La plus grande surprise vient cette année de la récolte du colza. Les rendements ont été "très, très bons", selon Emeric Courbet, technicien grandes cultures à la Chambre d'agriculture de la Haute-Saône, "avec une moyenne de 42 quintaux."

La récolte des blés a également de quoi ravir les céréaliers du département. Avec une moyenne de 75 quintaux, le rendement est qualifié de "moyen à bon." Tout comme les orges qui ont atteint des rendement de 69 quintaux.

Ces moissons sont d'autant plus surprenantes que cette année a été marquée par des aléas climatiques d'envergure. D'abord des coups de froid, voire de gel, en avril, suivis par des coups de chaud fin mai puis fin juin. Le tout, ponctué de passages pluvieux. "On est agréablement surpris sachant qu'il y a plusieurs événements climatiques qui font qu'on s'attendait à des moins bons résultats", commente Emeric Courbet.

Des céréales vendues à quel prix ?

Les céréaliers sont eux aussi agréablement surpris par ces récoltes. Surtout après 'l'année catastrophique" qu'ils ont connue en 2016. "La moisson de cette année est beaucoup plus encourageante que l'année dernière", confie en effet Didier Duvernoy, agriculteur et céréalier à Sauvigney-lès-Pesmes, dans le Sud de la Haute-Saône.

L'agriculteur craint maintenant pour le prix de vente de ses céréales. "Les cours mondiaux sont très bas et ils ne font que baisser", explique-t-il. Une baisse due aux très bonnes récoltes dans les pays de la Mer Noire. Du coup, malgré une bonne récolte en Haute-Saône, les céréaliers "couvrent à peine les coûts de production."

Il fallait une bonne récolte cette année, c'était indispensable pour la survie de beaucoup d'exploitations

— Didier Duvernoy, céréalier

Les céréaliers attendent maintenant que la récolte de cette année soit rémunérée "au juste prix." En ce moment, la tonne de céréales se vend à 148 euros.