Agriculture – Pêche

Haute-Saône : le président de la FDSEA demande des financements pour une agriculture économe en eau

Par Naïs Esteves, France Bleu Besançon jeudi 10 août 2017 à 11:08

Arrosage Illustration
Arrosage Illustration © Maxppp - BONNIERE PASCAL

Les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique plaident pour une "agriculture plus économe en eau", notamment grâce au "stockage hivernal". Des initiatives existent déjà en Haute-Saône et le président de la FDSEA demande des financements pour des forages et des citernes.

Des actions pour une meilleure gestion de la ressource en eau en période de sécheresse ont été présentées en conseil des ministres mercredi 9 août par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, et Stéphane Travert, ministre de l'agriculture. En Haute-Saône, les agriculteurs ont "bien conscience" du problème en temps de sécheresse, répond Emmanuel Aebischer, le président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA). Après les annonces gouvernementales, il demande maintenant des financements.

Les annonces du ministre me conviennent mais combien l'Etat met en face ?" Emmanuel Aebischer, président de la FDSEA de Haute-Saône

Récupérer les pluies hivernales

Le gouvernement entend apporter des solutions pour résorber de façon durable les situations de tension hydrique. Actuellement, les préfets de 82 départements ont pris des arrêtés de restriction de l'usage de l'eau, principalement dans l'Ouest et le Centre. La Franche-Comté est en "vigilance", pas en "crise" ou en "alerte". Pour Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, il faut notamment développer une agriculture plus économe en eau et optimiser la ressource via l'utilisation des pluies hivernales. Le stockage peut être une solution pour Emmanuel Aebischer : "On s'aperçoit qu'au fil des années les cumuls de précipitations sur la Haute-Saône sont globalement égales donc si on peut stocker l'eau ça permettra de l'utiliser à bon escient, au moment où on en a besoin". Mais pour stocker l'eau, il faut des investissements : "Le problème c'est que ça coûte cher", résume le représentant syndical. "Les annonces du ministre me conviennent mais combien l'Etat met en face en termes de financement pour que l'on puisse essayer de stocker l'eau ?"

Les forages consomment aussi les ressources en eau

Autre solution : les forages qui "*_restent consommateur d'eau* quand même puisque ce qu'on ne prend pas au réseau, on le prend au forage (dans les nappes phréatiques)_", explique Emmanuel Aebischer. "Mais ça peut être une solution pour faire des économies puisque le retour sur investissement est assez rapide surtout sur une exploitation laitière qui consomme pas mal d'eau\".

Dans notre secteur, on n'irrigue pas du tout, on dépend totalement de la météo." Maxime Pétrement du Gaec des Lièges à Chambornay-les-Pins

Des efforts sont déjà faits en Haute-Saône, au Gaec (Groupement agricole d'exploitation en commun) des Lièges à Chambornay-les-Pins par exemple où Maxime Pétrement et ses associés "sèment des cultures en fonction des parcelles séchantes ou pas séchante", explique l'éleveur. "Dans notre secteur, on n'irrigue pas du tout, on dépend totalement de la météo", annonce Maxime Pétrement qui a déjà mis en place des initiatives pour économiser l'eau : "On récupère l'eau du toit pour laver les quai de la salle de traite et faire des lavages sur des bétons. Après la solution du forage, de mettre des citernes en place après faut voir le budget, ça dépend des finances de l'exploitation. Au sein du Gaec, on a foré l'année dernière mais on n'a pas trouvé l'eau, même dans des zones humides l'eau n'était pas assez suffisante pour que le forage soit durable". Mais l'agriculteur ne perd pas espoir puisque "des collègues l'ont fait dans les communes à côté et ils ont trouvé l'eau et qui tournent comme ça donc c'est pas dit qu'on n'y arrive pas un jour".