Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Haute-Vienne: après un été caniculaire, l'hiver doux et pluvieux n'arrange pas les agriculteurs

-
Par , France Bleu Limousin

Des vaches qui broutent paisiblement une herbe d'un vert éclatant, la scène est bucolique et surtout ATYPIQUE pour un mois de février à Cheronnac à l'ouest de la Haute-Vienne. Mais sous cette herbe verte et alléchante il y a un sol détrempé qui devient un problème pour les agriculteurs.

Certaines vaches de Boris Bulan ont passé l'hiver à l'extérieur  et broutent déjà une herbe bien verte, en plein mois de février à Chéronnac (Haute-Vienne)
Certaines vaches de Boris Bulan ont passé l'hiver à l'extérieur et broutent déjà une herbe bien verte, en plein mois de février à Chéronnac (Haute-Vienne) © Radio France - Delphine-Marion Boulle

" L'agriculture c'est une question de régularité " selon Boris Bulan le président de la FDSEA 87, installé sur la commune de Chéronnac à l'ouest de la Haute-Vienne. Si le département, et plus largement le Limousin, connaissent une régularité, c'est bien une régularité dans les extrêmes. Après un été caniculaire et extrêmement sec, place à un hiver très doux, un printemps précoce mais surtout pluvieux. Un véritable casse-tête pour les agriculteurs. 

Un hiver étrangement doux 

En effet, à la place des prairies d'un vert éclatant, il devrait normalement y avoir " de l'herbe jaune, où il y a eu un mois de gelées, où il n'y a plus rien à manger " explique Boris Bulan. La situation normale c'est une nature à l'arrêt pendant l'hiver de mi novembre à début mars, des températures négatives, quelques flocons. Rien de toute cela cet hiver, tout juste trois jours de gelées sur son exploitation. Surtout, tout au long de l'hiver sur ses parcelles, l'agriculteur a vu l'herbe pousser encore et encore. " Donc _on ne sait pas encore comment la prairie va faire pour garder ses réserves pour pousser au printemps_"

L'herbe est déjà haute et verte, habituellement, elle devrait être jaune après avoir subie les gelées de l'hiver. - Radio France
L'herbe est déjà haute et verte, habituellement, elle devrait être jaune après avoir subie les gelées de l'hiver. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Une herbe trop belle pour être vraie 

Une herbe bien verte mais qui est en réalité un mirage car la pluie de l'hiver a totalement détrempé les sols. "Il y a des gens qui ont des terrains qui ne portent pas, c'est à dire que _dès qu'il pleut les vaches s'enfoncent et il y a un phénomène de piétinement_. Donc si ils les laissent dans les terrains, l'herbe ne repousse pas après, et la production de l'année est foutue". Ce n'est guère mieux pour les engins agricoles qui eux aussi s'enfoncent dans le sol et rendent difficile une coupe pourtant nécessaire toutes les trois semaines. 

ils ne peuvent ni faire manger les vaches, ni ramasser l'herbe mécaniquement - Boris Bulan, président FDSEA87

Du coup, c'est un casse-tête : "ils sont obligés de faire rentrer les vaches quand même, ils ont de l'herbe mais ils ne peuvent ni faire manger les vaches, ni la ramasser mécaniquement parce le sol est trop mouillé" 

Si elles sont trop nombreuses sur une parcelle, les vaches piétinent et s'embourbent dans un sol détrempé. Après leur passage l'herbe ne repoussera pas. - Radio France
Si elles sont trop nombreuses sur une parcelle, les vaches piétinent et s'embourbent dans un sol détrempé. Après leur passage l'herbe ne repoussera pas. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Vers un manque de paille et de céréales ? 

Mais ce qui inquiète le plus Boris Bulan c'est la production des céréales. Certains ont planté trop tôt, d'autres trop tard par crainte du gel. Là encore, accéder à son champ en engin agricole c'est prendre le risque de saccager un terrain trop humide. " il va y avoir un manque de paille à un moment donné. Même les céréaliers de Charente et de Charente-Maritime n'ont pas trop réussi à semer" explique Boris Bulan qui poursuit "Nous, pour engraisser les bêtes il nous faut un peu d'amidon et c'est justement dans les céréales qu'on le trouve" 

Boris Bulan s'inquiète aussi et surtout pour les céréales qui permettent de nourri et produire la paille pour les bêtes. Impossible de semer ou de contrôler les semis, les engins s'embourberaient. - Radio France
Boris Bulan s'inquiète aussi et surtout pour les céréales qui permettent de nourri et produire la paille pour les bêtes. Impossible de semer ou de contrôler les semis, les engins s'embourberaient. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Les prévisions météo sont pour l'instant optimistes jusqu'à la fin du mois, mais avec un temps quelque peu détraqué les agriculteurs s'inquiètent de possibles gelées tardives au printemps. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu