Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Salon de l'Agriculture 2020

Il faut "qu'on arrête d'aller voir ailleurs pour la viande", demande cet éleveur mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne

Le salon de l'agriculture de Paris s'est ouvert ce samedi, inauguré par Emmanuel Macron. Certains agriculteurs français attendent du président qu'il les protège mieux de la concurrence étrangère, et qu'il s'oppose à la signature de nouveaux accords de libre-échange.

David Cadet, éleveur à Argenton-Notre-Dame.
David Cadet, éleveur à Argenton-Notre-Dame. © Radio France

Emmanuel Macron a de nouveau réalisé un marathon ce samedi au Salon de l'Agriculture à Paris. Le Président de la République est venu inaugurer l'édition 2020 de la plus grande ferme du monde, porte de Versailles à Paris. Il a passé plus de 10 heures dans les allées du salon.

Près de 1000 éleveurs et exposants sont présents au salon, dont une trentaine d'éleveurs mayennais. Mais le Président n'est pas passé devant la vache de David Cadet, éleveur de 90 vaches allaitantes Rouge des Prés à Argenton-Notre-Dame au Sud-Est de Château-Gontier-sur-Mayenne. Pourtant il avait un message à dire à Emmanuel Macron. 

Faire entendre aux gens, aux citadins, qu'aujourd'hui on produit de la bonne qualité de viande, surtout en France.

"De soutenir notre production, qu'on arrête d'aller voir ailleurs pour la viande, au pire qu'on aille chercher s'il en manque en France, mais qu'on prenne déjà nos produits français. Il faut qu'on puisse vendre notre viande, et faire entendre aux gens, aux citadins, qu'aujourd'hui on produit de la bonne qualité de viande, surtout en France, qu'on pourrait mieux en vivre si on vendait notre viande, si on payait notre produit la vraie valeur par rapport aux coûts de production. Il faut que nos politiques nous encouragent, se démènent, et il ne faut pas aller chercher à l'étranger, surtout pas".

David Cadet, éleveur de 90 vaches allaitantes Rouge des Prés à Argenton-Notre-Dame

A peine arrivé au Salon vers 8h15, Emmanuel Macron a été interpellé par des représentants de la FNSEA, syndicat agricole majoritaire, et des Jeunes Agriculteurs. "Nous attendons de vivre du prix de nos produits. On ne cesse d'être stigmatisés", lui a lancé un agriculteur, un autre évoquant "la colère du monde agricole"

Par ailleurs, Éric Drouet a été placé en garde à vue pour "rébellion", figure historique des "gilets jaunes". Il a été expulsé du Salon de l'agriculture alors qu'il tentait d'approcher Emmanuel Macron. 

Plus de 600 000 visiteurs sont attendus cette année encore au salon de l'agriculture de Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess