Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Import d'huile de palme : "Je vais perdre 14.000 euros par an" témoigne un agriculteur de l'Indre

lundi 11 juin 2018 à 13:25 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Un céréalier de Faverolles, dans l'Indre, participe depuis lundi au blocage de la raffinerie de Coignières dans les Yvelines pour protester contre les distorsions de concurrence.

Les agriculteurs ont déversé fumier et terre devant la raffinerie de Coignières
Les agriculteurs ont déversé fumier et terre devant la raffinerie de Coignières - Compte twitter FRSEA

Faverolles, France

Damien Boissier des Jeunes Agriculteurs 36 a quitté son exploitation de Faverolles dans l'Indre dans la nuit de dimanche à lundi pour participer dès l'aube à Coignières dans les Yvelines, au blocage de la raffinerie, un mouvement national à l'appel de la FNSEA. Selon lui, vers 8h lundi matin, 70 à 80 agriculteurs étaient présents sur le site."Il a été mis des barricades, des tas de terre, de paille plus ou moins pourris pour essayer de faire une chicane, les camions qui sont sur le site peuvent sortir, mais ceux qui veulent entrer ont interdiction de rentrer, c'est le but du blocage", déclare-t-il sur France Bleu Berry.

Chute des prix pour le colza

Il dénonce l'incohérence du gouvernement sur l'agriculture. "On a eu une chute des prix très importante sur le colza, aux alentours de 50 euros, donc sur une exploitation d'une cinquantaine d'hectares de colza, on a une perte de 10.000 euros, ce qui est quand même très néfaste par les temps qui courent (...) c'est dû à l'importation d’huile de palme, et ça va être encore pire, le gouvernement autorise Total à _importer de l'huile de palme à bas coût, pour toujours plus de profit_, puisque l'huile de palme est beaucoup moins chère que l'huile de colza qui sert à faire le biodiesel", explique-t-il.

Le Mercosur, c'est 70.000 tonnes de viandes bovines aux anti-bio et aux hormones"

"Le gouvernement a un discours totalement incohérent"

Damien possède une exploitation de 70 hectares de colza. Il estime la perte pour son exploitation "entre 14.000 et 15.000 euros en moins par an". "Avec les états généraux de l'alimentation, on nous demande de monter en gamme avec de la qualité environnementale ainsi qu'une biodiversité, et pendant ce temps là on va donner l'autorisation d'importer des produits d'Argentine ou du Canada qui ne correspondent pas aux normes françaises, c'est une concurrence déloyale qui va encore faire chuter les cours (...) le Mercosur, c'est 70.000 tonnes de viandes bovines produites aux anti-bio et aux hormones de croissance, des produits qu'on n'utilise plus en France et dans l'Union Européenne depuis très longtemps".

Le blocage des raffineries doit se poursuivre jusqu'à mercredi mais la FNSEA a dors-et-déjà prévenu que ces actions étaient reconductibles. Les agriculteurs d’Eure-et-Loir et d’Indre-et-Loire passeront l'action ce mardi devant la raffinerie de Coignières, ils seront relayés mercredi par ceux du Cher et du Loir-et-Cher.