Agriculture – Pêche

Inauguration de la nouvelle criée de Brest

Par Anne Treguer, France Bleu Breizh Izel mardi 20 octobre 2015 à 16:09 Mis à jour le mardi 20 octobre 2015 à 18:52

Nouvelle criée de Brest
Nouvelle criée de Brest © Radio France - Valérie Le Nigen

La nouvelle criée de Brest est un investissement de 5 millions d'euros et ce nouvel équipement était très attendu des pêcheurs du Nord Finistère. Plus grande, plus moderne, cette nouvelle criée va surtout permettre d'accueillir de plus gros volumes de poissons à la vente.

L'ancienne criée de Brest (Finistère) installée sur le port de commerce construite en 1992 n'était plus aux normes et en correspondait plus aux volumes débarqués ces dernières années. 1 600 tonnes de marchandises sont débarqués en moyenne sur une année. Les bâtiments étaient devenus trop étroits et les conditions de déchargement étaient devenus difficiles. Finalement la Chambre de Commerce et d'Industrie qui gère la criée brestoise a décidé de construire un nouvel équipement de 2 900 mètres carrés, ce nouveau bâtiment permettra surtout de traiter jusqu'à 2500 tonnes de marchandises.  Les pêcheurs vont pouvoir aussi y stocker leur marchandise. Un sas côtier a été conçu avec une chambre froide. 3 tonnes de poissons vont ainsi pouvoir être gardées et un brumisateur opérationnel 24 h/24 et 7 jours sur 7 pour les crustacés et les coquillages a également été installé.

Nouvelle criée de Brest - Aucun(e)
Nouvelle criée de Brest - CCI

**Quel est le poids de la pêche brestoise ?

*_La flottille e se compose de 70 bateaux, dont 40 fileyeurs et une trentaine de coquilliers, ce qui représente environ 150 marins embarqués**. Les marins qui débarquent leur pêche à Brest sont aussi basés à Plougastel-Daoulas ou encore au Conquet. Les espèces débarquées sont essentiellement de la lotte, des coquilles st jacques ou encore des praires. L'activité coquille Saint-Jacques reste cependant en sommeil depuis un an. La pêche à la coquille est interrompue en raison d'une toxine et cela risque encore d'être le cas cet hiver. Il y a actuellement une cinquantaine d'acheteurs réguliers mais cela reste insuffisant  et la direction de la nouvelle criée souhaiterait convaincre les 30 % de pêcheurs de la rade qui vendent directement de passer par la criée. _***Ces marins vendent au prix fixé sous criée mais ne paient pas pour autant les taxes. Plusieurs professionnels réclament un passage contraint sous criée comme à Saint-Brieuc où le comité des pêches a rendu la vente sous criée obligatoire.