Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Incendies : moissons sous surveillance des pompiers en Meurthe-et-Moselle

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Les moissons se terminent en Meurthe-et-Moselle avec des feux de récoltes moins nombreux que l’an passé grâce à une météo plus clémente mais aussi à des agriculteurs et pompiers plus vigilants avec une première : une carte électronique pour évaluer les risques en temps réel.

Pompiers et agriculteurs s'échangent des informations au quotidien..
Pompiers et agriculteurs s'échangent des informations au quotidien.. © Radio France - Thierry Colin

Avec une 20aine de feux de chaumes ou de récoltes dans le département depuis le début des moissons, contre une 60aine l’an passé, l’été 2020 aura été moins dévastateur durant les moissons qui se terminent en Meurthe-et-Moselle.

Si les agriculteurs constatent une vraie sécheresse, la météo est plus clémente que l’an passé avec notamment des nuits plus fraîches. En 2019 on a compté près d'une centaine de départs de feux agricoles dont des journées qui ont compté jusqu’à 10 interventions de pompiers pour des incendies dans les champs. Des chiffres qui ont conduit les pompiers à faire davantage de prévention avec notamment un vidéo détaillant les bonnes pratiques pour les paysans, mais aussi la mise en place d’une carte électronique pour évaluer les risques en temps réel. C’est une première en Meurthe-et-Moselle.

Adapter la réponse opérationnelle des pompiers

Une carte qui mélange l’indice d'éclosion et de propagation qui tient compte de l’humidité des végétaux et des conditions météo du jour, mais aussi le nombre d’incendies de la veille et surtout l’activité agricole sur chaque secteur, fournie par la Chambre d’agriculture. 

Une carte qui permet d’adapter la réponse opérationnelle des pompiers mais aussi de faire des recommandations aux agriculteurs en leur demandant de préparer une déchaumeuse  ou une charrue afin de faire un pare-feu au plus vite ou encore de placer une citerne d’eau dans le champs pour avoir du stock pour optimiser l’intervention des pompiers.

Carte en temps réel des travaux agricoles

Pour Lionel Robert, du Service d’incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle, « Si ces incendies ne sont pas traités rapidement et en particulier par l'action des agriculteurs, ils peuvent prendre des ampleurs et des durées qui sont très importantes. L'action inédite qu'on a mise en place cette année, c'est la création d'une carte qui prend en compte plusieurs éléments, dont un important nous est fourni par la Chambre d'agriculture : tous les jours, l'intensité des moissons c’est-à-dire l'activité agricole par secteur sur le terrain. 

Extincteur sur la moissonneuse-batteuse et citerne d'eau à proximité.
Extincteur sur la moissonneuse-batteuse et citerne d'eau à proximité. © Radio France - Thierry Colin

Quand on coupe cette donnée, avec le niveau de sécheresse des végétaux, la météo du jour et les incendies de la veille, on obtient une carte qui nous permet d'anticiper les risques et ça nous permet à la fois d'adapter la réponse des agriculteurs, c'est à dire sensibiliser davantage sur, par exemple, la présence ou non d'une citerne agricole sur le terrain de moisson pour permettre de faciliter l'intervention des secours ou la présence d'une déchaumeuse ».

Anticiper pour moins subir un incendie car au quotidien, on n’y pense pas.

Jérémie Janneson cultive 270 hectares de céréales à Lironville, à l’ouest de Pont-à-Mousson et si les 150 capteurs de sa moissonneuse batteuse le rassurent en indiquant les températures de toutes les parties de la machine, il estime que la moisson est un « moment de stress intense » où tout le travail de l’année se joue sur dix jours. : « Culturellement, on sait qu'on peut couper un feu avec une déchaumeuse, une charrue. Peut-être qu'il faut anticiper pour moins subir un incendie car au quotidien, on n’y pense pas. Les étés sont plus secs avec des risques qui augmentent et un simple roulement à billes peut chauffer et éclater sans prévenir : ce sont des pièces très chaudes, parce que ça tourne très vite, qui peuvent faire un départ de feu ».

Les pompiers du Sdis 54 rappellent la base durant ces moissons : ne pas fumer dans les champs, graisser les machines et nettoyer les filtres régulièrement, des précautions que certains peuvent oublier quand on enchaîne les parcelles de céréales avec de très grosses journées. 

Des moissons avec moins de départs de feu cette année.
Des moissons avec moins de départs de feu cette année. © Radio France - Marc Bertrand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess