Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre : l'abattoir du Boischaut ne devrait pas rouvrir d'ici cet été

-
Par , France Bleu Berry

Fermé depuis le mois de novembre après la diffusion d'une vidéo de l'association de bien-être animal L214, l’abattoir du Boischaut dans l’Indre n'a toujours pas rouvert. Selon nos informations, il ne devrait pas reprendre son activité d'ici la fin du printemps.

L'abattoir est fermé depuis le mois de novembre.
L'abattoir est fermé depuis le mois de novembre. © Radio France - Victor Vasseir

Les finances de l’abattoir du Boischaut sont dans le rouge. En 2018, l’abattoir avait 541 000 euros de déficit. Et chaque jour, ce déficit se creuse. Les dépenses s’accumulent et il n’y a pas de recette.

La structure devait rouvrir avant le 3 février, sous peine de perdre son agrément d'abattage. Une date butoir repoussée au 4 juin par le préfet de l’Indre.

Des travaux de mise aux normes sont en cours, des box sont réaménagés, les triperies aussi, ça coûte cher. Ajoutez à cela les 2 millions d'euros d'investis il y a trois ans, qui ne sont toujours pas rentabilisés.

Un nouveau statut juridique

François Daugeron le reconnaît, il faut changer de mode économique. Le président de la communauté de communes de la Châtre - Sainte-Sévère propose de faire évoluer le statut juridique de l’abattoir du Boischaut, que "les éleveurs prennent leur part dans l'abattoir" dit-il.

L'idée a été soumise mardi dernier lors d'une réunion entre des élus et des agriculteurs. Maxime Pion y était. Il n'est pas contre cette idée. Il est éleveur à Lacs et responsable local des Jeunes agriculteurs : "Il faut voir les modalités mais si on veut un outil local qui fonctionne et qui tient dans la durée, pourquoi pas investir chacun un petit peu dans le fonctionnement. Cela permettra aux éleveurs d’avoir un droit de regard et un droit de décision sur l’outil.

Cet éleveur de Lacs espère une chose aujourd'hui : que les lignes d'abattage puissent ouvrir avant l'été. Le préfet laisse jusqu'au 4 juin pour une remise aux normes.

Parmi les autres pistes étudiées par l'élu François Daugeron, la réduction du nombre d'animaux abattus au Boischaut.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess