Agriculture – Pêche

Indre-et-Loire : baisse d'activité pour les sous-traitants viticoles

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine mercredi 5 octobre 2016 à 11:22

Au Laboratoire Charlot à Benais, près de Bourgueil, 2 salariés ont déjà été licenciés
Au Laboratoire Charlot à Benais, près de Bourgueil, 2 salariés ont déjà été licenciés © Maxppp - Watier

Le gel du printemps dernier n'a pas touché que les vignerons tourangeaux. Il va aussi avoir un impact sur l'activité des sous traitants de la vigne, toutes ces entreprises qui gravitent dans le domaine de la viticulture, comme les entreprises de mise en bouteille par exemple.

Preuve que le gel du printemps dernier a eu un impact sur l'activité des sous-traitants de la viticulture, la CCI, la Chambre de commerce et d'industrie d'Indre et Loire, a envoyé un courrier au préfet pour lui demander un plan d'aide équivalent à celui qui a été débloqué pour les vignerons. Certaines entreprises pourraient en effet se retrouver en grande difficulté dans les prochains mois.

Il faut maintenant attendre le résultat des vendanges pour avoir une estimation précise des pertes financières pour toutes ces entreprises. Comme le dit un autre professionnel, "la seule réalité c'est quand le raisin est en cuve"

Les pertes sont encore plus importantes pour les entreprises qui travaillent avec des négociants. Les vignerons vont sans doute préférer garder leur petite quantité de vin pour leurs clients, et en donner moins à leurs négociants, qui eux mêmes, en donneront donc moins aux embouteilleurs.

Au laboratoire Charlot à Benais, 2 salariés ont été licenciés, et 15 autres vont être mis au chômage technique

En Indre et Loire, c'est notamment le cas du laboratoire Charlot à Benais près de Bourgueil. Là bas, 2 salariés ont déjà été licenciés. Et les 15 autres seront mis en chômage technique dès le mois de novembre. La patronne s'attend à un chiffre d'affaires divisé par 2.

Chez Metal Inox à Mettray en revanche, aucune inquiétude à l'horizon. Ce fabricant de cuves vinicoles a son carnet de commandes rempli pour 2017, et déjà bien entamé pour 2018. La raison ? Cette entreprise ne travaille pas uniquement avec des clients tourangeaux, mais avec des vignerons de toute la France et du monde. L'export représente presque un quart de son activité. Ça lui permet d'éviter de subir les aléas climatiques dans telle ou telle région.

Partager sur :