Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture - Pêche

Indre-et-Loire: l'agriculture s'engage à embaucher des réfugiés comme salariés saisonniers

-
Par , France Bleu Touraine

Le nombre d'emplois salariés dans l'agriculture a augmenté de 8% en 10 ans. La Touraine compte 16500 salariés agricoles mais le secteur peine à recruter, aussi les agriculteurs d'Indre-et-Loire se tournent vers les réfugiés.

Quatre des cinq réfugiés employés au travail du maïs à Cigogné l'été dernier
Quatre des cinq réfugiés employés au travail du maïs à Cigogné l'été dernier © Radio France - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

Le groupement d'employeurs agricoles de Touraine a signé vendredi 15 novembre à Ferme Expo une convention de partenariat avec l'association Entraide et Solidarités, convention par laquelle l'agriculture s'engage à embaucher des réfugiés comme salariés agricoles saisonniers. Le milieu agricole est confronté à des besoins en main d'oeuvre grandissants. En face, chaque année en Touraine, 60 jeunes de moins de 25 ans obtiennent le statut de réfugié et cherchent un travail. L'objectif d'Entraide et Solidarités est d'insérer 100 réfugiés dans l'emploi chaque année, en agriculture comme ailleurs.

La viticulture en Touraine emploie déjà des migrants pendant les vendanges. Cette fois, avec cette convention entre Entraide et Solidarités et le groupement d'employeurs de Touraine, ce sont tous les travaux saisonniers agricoles qui sont concernés. Eric Lepage, le directeur d'Entraide et Solidarités, estime que l'objectif d'insérer une centaine de réfugiés par an dans l'emploi ou au moins dans une formation qualifiante est possible. Il compte pour cela sur le monde agricole.

Notre ambition est très large, c'est de faire accéder à l'emploi les personnes réfugiées qui arrivent sur le territoire de l'Indre-et-Loire. Ce que nous venons de signer est un premier exemple de partenariat très concret avec un secteur professionnel qui est l'agriculture -Eric Lepage

Une première expérience a eu lieu cet été en Indre-et-Loire avec 5 réfugiés pendant la saison du maïs: deux afghans, un géorgien, un soudanais et un mauritanien. C'était sur l'exploitation céréalière de Benoit Latour, à Cigogné, près de Reignac-sur-Indre. Ils devaient effectuer la castration du maïs, il s'agit de tirer une fleur à la main sur les pieds de maïs.

Ils étaient là le jour de l'embauche grâce au transport mis en place par Entraide et Solidarités. Motivés. Au moins pour l'un d'entre eux, il y avait une maîtrise de la langue française. Et leur intégration dans notre équipe de jeunes s'est très bien passée. Ces jeunes qui ont 18 ans et qu'on emploie habituellement, ils ne connaissent les réfugiés que par le journal de 20h00 à la télé. Là, ils ont été confrontés à la réalité humaine de ces gens -Benoit Latour

Ils étaient saisonniers mais Entraide et Solidarités suit leur parcours une fois leur contrat terminé. Le groupement d'employeurs agricoles de Touraine propose 100 000 heures de travail salarié chaque année, il s'engage donc aujourd'hui à en faire bénéficier les réfugiés. Quant à Entraide et Solidarités, elle va créer en 2020 à Tours une plate forme d'accueil et d'accompagnement des réfugiés en voie d'insertion dans l'emploi. Des équipes s'occuperont des aides à l'emploi, d'autres du logement et d'autres du soutien psychologique des réfugiés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu