Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Indre-et-Loire : L'eau est un bien commun de plus en plus rare selon la Confédération Paysanne

-
Par , France Bleu Touraine

Ce 17 juin c'est la journée internationale contre la désertification et la sécheresse. L'occasion pour la Confédération Paysanne de se faire entendre sur la gestion de l'eau : bien commun de tous et non pas seulement des agriculteurs. Un bien commun qui se raréfie et qui est surtout mal géré.

la Confédération Paysanne d'Indre-et-Loire tire la sonnette d'alarme sur la gestion de l'eau pour l'agriculture et les hommes
la Confédération Paysanne d'Indre-et-Loire tire la sonnette d'alarme sur la gestion de l'eau pour l'agriculture et les hommes © Radio France - ©MA Lescure

Pour illustrer son propos sur l'urgence de gérer au mieux une ressource qui se raréfie chaque année, la Confédération Paysanne rappelle le bilan irrigation 2019 et les millions de mètres cubes prélevés : toutes sources confondues (eaux souterraines et eaux superficielles hors grands cours d'eau) en 2017 près de 12 millions de mètres cubes avaient été prélevés et l'an dernier en 2019 près de 14 millions et de rappeler également qu'en 2019,  ce sont pas moins de 11 arrêtés sécheresse pris entre juin et août.

Le niveau des cours d'eau fait craindre un été difficile 

Pour 2020, même sans deviner l'avenir, Paola Sassier maraîchère et membre de la Confédération Paysanne juge la situation plus que préoccupante : "Pour cette année, la recharge en eau a été plutôt bonne sur l'hiver, mais on a déjà connu un passage de fortes chaleurs pendant le confinement en avril et des cultures ont déjà été irriguées comme certains blés, et si on ne connait pas encore l'été, le niveau des cours d'eau nous fait penser que nous allons encore connaitre une année de crise". 

Il faut donc se préparer à mieux gérer les ressources pour éviter de devoir aussi gérer les risques de pénurie pas seulement pour l'agriculture mais aussi pour l'eau potable. 

C'est le constat que présentera la Confédération Paysanne  lors de la réunion de l'observatoire sécheresse d'Indre et Loire le jeudi 18 juin qui réunit tous les utilisateurs et gestionnaires des ressources d'eau.

Une PAC plus respectueuse des ressources naturelles 

Pour la Confédération Paysanne, au delà de la gestion au coup par coup des pénuries d'eau, des prélèvements ou encore de l'irrigation,  il faut que les pouvoirs publics qui négocient en ce moment la nouvelle PAC (politique agricole commune pour 2022), fassent le choix d'une autre agriculture plus respectueuse des ressources naturelles comme l'explique Sandra Roseau vigneronne à Amboise et membre de la Confédération Paysanne  : " la PAC a, jusqu'à maintenant, contribué à modeler l'agriculture par le biais des subventions, et l'irrigation a également directement et indirectement été favorisée par ces choix politiques des PAC précédentes. Si cela a été possible dans un sens, on peut penser que les politiques publiques peuvent faire le choix d'aider un paysan qui a une production plus diversifiée, ou qui aurait une meilleure adaptation des cultures au climat, au potentiel des sols ou aux ressources en eau. Et cela est l'affaire d'une vraie volonté politique."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu