Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Indre-et-Loire : la vigne aussi souffre de la sécheresse

-
Par , France Bleu Touraine

Le mois de juillet a été très sec et cela se poursuit en août. 81 départements français sont concernés par des mesures de restrictions d'eau dont l'Indre-et-Loire. Et l'agriculture souffre particulièrement y compris les vignes que l'on dit pourtant résistantes.

Les effets de la grillure sur certaines grappes dans une parcelle dans l'AOC Montlouis
Les effets de la grillure sur certaines grappes dans une parcelle dans l'AOC Montlouis © Radio France - François Desplans

Indre-et-Loire, France

Si le Sud-Touraine a été arrosé mercredi 7 août, il n'est pratiquement rien tombé ailleurs dans le département. Et la sécheresse est de plus en plus problématique pour l'agriculture.

La vigne, elle aussi, souffre. Ce n'est pas la catastrophe mais les fortes chaleurs et le manque d'eau provoquent déjà des pertes dans certaines parcelles. C'est très inégal selon les appellations et même les domaines : des pertes dans les appellations Montlouis-sur-Loire, Vouvray et Saint Nicolas de Bourgueil, rien de significatif pour le moment dans le Chinonais.

Florian Olivier a fait ses calculs. Ce vigneron de Saint Nicolas de Bourgueil devrait enregistrer 15 à 20 % de rendements en moins pour ses prochaines vendanges :"On a certaines parcelles avec des grillures sur le feuillage et le raisin,  c'est directement le soleil qui tape trop fort sur le raisin et sur les feuilles, donc ils sèchent complètement et puis ils tombent." Cela provoque donc une première perte de récolte, mais le manque d'eau empêche également le raisin de se développer et donc les grains sont plus petits et cela représente encore une nouvelle fois une perte de rendement.  "Qualitativement, ça peut se rattraper sur août et septembre, mais la perte de rendement est déjà là et elle pourrait encore s'aggraver, sauf si on a enfin de l'eau" conclut Florian Olivier  

Des pertes signalées aussi du côté de l'AOC Montlouis-sur-Loire. C'est le cas chez Franck Breton,  les dégâts sont visibles, par exemple, dans l'une de ces parcelles à Saint Martin Le Beau :"Les raisins ont eu un gros coup de chaud, ça fait comme des raisins de Corinthe ou des grains de poivre, ça va continuer à noircir et ça va tomber." 

Des grappes complètement grillées.  Globalement, sur les quelques huit hectares de son domaine, Franck Breton chiffre les pertes à 20% :"même sur des terroirs argileux avec d'autres expositions, le phénomène est le même un peu partout, dans les vignes on est monté à 55 degrès !" 

Ces raisins ont "bien cuit", comme le dit Franck Breton, quand d'autres ont littéralement gelé au mois d'avril. Bref, gel et sécheresse, encore une année difficile pour Franck Breton et après 2012 et 2016, ça commence à faire beaucoup.  

Seul côté positif de cette sécheresse : le risque maladie est quasi inexistant.