Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Indre-et-Loire : un projet d'unité de méthanisation unique en Europe contesté à La Roche-Clermault

-
Par , France Bleu Touraine

Un projet d'usine de méthanisation sur les terres d'une ferme à la Roche-Clermault dans le sud de l'Indre-et-Loire provoque l'opposition de certains. Un comité anti-méthanisation a lancé une pétition sur internet pour s'opposer à ce projet unique en Europe, pour valoriser le gaz et le CO2.

Photo illustration unité méthanisation en zone rurale
Photo illustration unité méthanisation en zone rurale © Maxppp - ©maxppp

Indre-et-Loire, France

Un jeune agriculteur de 23 ans, qui est en train de reprendre la ferme familiale d'élevage et de céréales, souhaite installer sur ses terres une unité de méthanisation unique en Europe.

Louis Chevalier est agriculteur à la Roche-Clermault : "L'unité de méthanisation sera alimentée à 30% par des fumiers et lisiers mélangés de l'exploitation familiale, mais d'un voisin à 1,5 kilomètres et d'un autre élevage sur une commune voisine. Et d'autre part, il y aura 70% de matières végétales qui, autrement, ne sont pas valorisées (des cultures implantées entre deux cultures alimentaires). Là, elles seront récoltées et ensilées puis passées en méthanisation. En ressort donc un gaz aussitôt valorisé. Mais reste une production de CO2 à hauteur de 45% qui est libéré dans l'atmosphère".   

Et donc pour éviter cette perte de CO2, le jeune agriculteur a innové pour le récupérer et le fournir ensuite à une exploitation maraîchère située à Avoine. 

Malgré ce projet vertueux de recyclage des déchets agricoles, les opposants, riverains ou pas, ne veulent pas voir s'installer ce qu'ils appellent une usine de méthanisation (qu'ils illustrent sur leur pétition par une usine de traitement industriel des déchets ménagers). 

Leur porte-parole s'exprime de façon anonyme en se faisant appeler François Rabelais :"avec des volumes de traitement de déchets très importants, du trafic de tracteurs, de camions, sur des routes qui ne sont adaptés, à proximité d'un hameau dans lequel vivent et travaillent des gens." Le porte-parole du comité anti-méthanisation assure qu'ils n'ont rien contre ce procédé de retraitement des déchets agricoles, mais il estime qu'il existe ailleurs dans le chinonais des terrains qui peuvent accueillir ce projet :"c'est vraiment l'emplacement choisi qui pose problème aux riverains" insiste "François Rabelais" le porte-parole des opposants.  

A ce jour, la pétition a recueilli 242 signatures. 

Ce projet a par contre le soutient de la Communauté de communes Chinon-Vienne et Loire pour permettre selon le président de la communauté de communes d'atteindre l'autonomie énergétique : "Aujourd'hui ce projet va ré-injecter sur le réseau de distribution de gaz en local dans tous les foyers sur le territoire." Mais c'est aussi explique Jean-Luc Dupont, le président de la communauté de communes et maire de Chinon "la possibilité de coupler avec d'autres usages et notamment à la carburation pour permettre à des véhicules de rouler avec ces bio-gaz"

La société Archambault basée à Chinon assure à la fois le transports passagers et fret et elle pourrait "muter une partie de sa flotte pour rouler au bio-gaz" selon Jean-Luc Dupont.  Ce projet s'inscrit, selon lui, dans le plan climat air énergie du territoire.    

_"Implanter des éoliennes sur un territoire classé UNESCO, c'est compliqué mais développer le bio-gaz là où l'on a de l'élevage et de la production céréalière, c'est la vraie solution_" conclut le président de la communauté de communes Chinon Vienne et Loire. 

Les maires du chinonais appellent tous au dialogue sur ce projet :"On a une activité dans les territoires ruraux qui est conforme à ce que sont ces territoires, c'est pas incompatible avec le fait d'y vivre bien. ce qui ne faut pas c'est qu'une minorité vienne imposer ses choix sur des territoires qui ont toujours vécu de l'agriculture !" conclut Jean-Luc Dupont