Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Indre : un arrêté anti-pesticides à moins de 150 mètres des habitations pris au Blanc

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu
Communauté de communes Brenne - Val de Creuse

Après Argenton-sur-Creuse, la ville du Blanc est la deuxième commune dans l'Indre à interdire l'usage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations.

-
- © Maxppp - Claude PRIGENT/PHOTOPQR/LE TELEGRAMME

La Ville du Blanc vient de prendre, ce lundi 7 octobre, un arrêté interdisant l'usage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations. Il s'agit de la deuxième commune à faire ce choix, après la décision du maire d'Argenton-sur-Creuse à la mi-septembre. Au total, en France, plus d'une centaine de villes et villages ont pris un tel arrêté plus symbolique qu'autre chose. Une mesure loin d'être populaire auprès des agriculteurs. C'est d'ailleurs l'un des motifs de la colère des syndicats, qui prévoient des actions mardi 8 octobre dans l'Indre et le Cher.

Un arrêté symbolique pris pour alerter et aider les agriculteurs

"Pour moi, ce n'est pas de l'agriculture-bashing. Je défends leur métier qui est indispensable pour tous", insiste Annick Gombert, maire du Blanc. Elle a longuement hésité avant de prendre cet arrêté, en réflexion depuis le mois de mai. "Il faut que les agriculteurs prennent conscience qu'on veut les aider. Il faut qu'on essaye d'agir ensemble pour obtenir une amélioration des aides pour limiter ces produits qui sont en train de les empoisonner", ajoute-t-elle.

Évidemment, le contexte est particulier. La sécheresse a durement affecté certains agriculteurs. "Je connais leur détresse et leurs difficultés. C'est vraiment pour faire réagir l'État. Il faut qu'on aide les agriculteurs à basculer vers l'agriculture biologique notamment", précise Annick Gombert, pour justifier son choix.

Le maire de Langoüet avait été le premier à interdire les pesticides sur sa commune. La préfecture d'Ille-et-Vilaine avait fait annuler l'arrêté en passant devant le tribunal administratif de Rennes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess