Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Inondations de juin : cet agriculteur a perdu 70 tonnes de foin

mardi 26 juin 2018 à 20:21 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Maine

Sébastien Louazé est installé à Congé-sur-Orne, près de Souligné-sous-Ballon. Il a été fortement touché par les intempéries du début du mois de juin. Des dizaines d'hectares de foin sont perdus.

Sébastien Louazé a perdu 70 tonnes de foin prévues pour l'hiver.
Sébastien Louazé a perdu 70 tonnes de foin prévues pour l'hiver. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Congé-sur-Orne

Deux semaines après les violentes inondations du début du mois de juin, Sébastien Louazé se souvient parfaitement de l'intervention des pompiers, venus secourir ses bêtes de la noyade. Dans les champs, l'eau est montée à plus d'un mètre cinquante. Et si elle est redescendue depuis, les hectares de prairies de l'agriculteur porteront longtemps les stigmates de ces quelques jours passés sous l'eau. 

Des troncs d'arbres, portés par la crue, jonchent un peu partout dans les champs de l'agriculteur - Radio France
Des troncs d'arbres, portés par la crue, jonchent un peu partout dans les champs de l'agriculteur © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

La crue a charrié de nombreux troncs d'arbres, dont la course s'est arrêtée dans les clôtures, et des 52 hectares d'herbe qui devaient servir à faire du foin pour l'hiver, il ne reste plus qu'une paille sèche, mêlée à la boue. "Ça, c'est mort", montre l'agriculteur, en arrachant le reste de sa production par poignées. "Cette pâture là est foutue pour l'année". 

70 tonnes de foin perdues

En tout, ce sont 70 tonnes de foin qui vont partir à la benne. Sébastien Louazé ne peut ni les récolter, ni faire paître ses vaches, l'eau ayant pu amener des bactéries. Il va devoir tout défricher. "Cette année, il n'y aura pas de foin, pas de récolte. Je ne pourrai pas mettre les animaux avant un mois et demi ou deux, et encore, il faudrait que cela repousse."

L'agriculteur ne peut pas laisser paître ses vaches. Des bactéries ont pu contaminer l'herbe.  - Radio France
L'agriculteur ne peut pas laisser paître ses vaches. Des bactéries ont pu contaminer l'herbe. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Son assurance a débloqué 2 000 euros dans l'urgence, pour palier le plus pressé. Racheter des outils, réparer les bâtiments de l'exploitation. Mais ses prairies, comme la plupart en Sarthe, ne sont pas assurées. Il ne peut donc pas se faire indemniser. L'agriculteur va devoir sortir l'argent de sa poche. Une perte de 10 à 15 000 euros pour son entreprise. "On est encore bien loin du compte. Je vais devoir faire appel aux banques, pour qu'elles me prêtent de l'argent, ou alors prendre sur mes réserves, mais le problème est là, je n'ai pas beaucoup d'économies."

Je ne sais même pas comment je vais faire pour l'avenir

Pour alimenter ses vaches, l'agriculteur va également utiliser sa production de maïs, qu'il avait prévu de vendre. "Pour moi, je ne vais rien gagner cette année. Je sais même pas comment je vais faire pour l'avenir, j'espère que cela va aller mais je n'en suis pas sûr."

Le salut pourrait venir de la reconnaissance d'état de calamité agricole. Un processus long qui peut mener à une indemnisations. En Sarthe, selon la FDSEA, 200 à 300 exploitations ont été touchées par les inondations. Du côté de Groupama, l'un des premiers assureurs du monde agricole, sur les 1095 contrats climatiques du département, il y a eu 588 déclarations pour aléas climatiques après les violents orages de début juin.