Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'abattoir public de Grandparigny dans le sud-Manche va fermer mais un projet de reprise est en discussion

-
Par , France Bleu Cotentin

Les élus de la communauté d'agglomération Mont-Saint-Normandie l'ont acté ce mardi 15 décembre : l'abattoir de Grandparigny, près de Saint-Hilaire-du-Harcouët, cessera son activité à la fin de l'année. Mais un repreneur privé pourrait relancer l'abattage sur le site "à court terme".

L'abattoir de Grandparigny, à côté de Saint-Hilaire-du-Harcouët, a vu ses tonnages chuter lors des derniers mois (photo d'illustration)
L'abattoir de Grandparigny, à côté de Saint-Hilaire-du-Harcouët, a vu ses tonnages chuter lors des derniers mois (photo d'illustration) © Maxppp - PhotoPQR L'indépendant / Michel Clementz

Cet abattoir était géré depuis six mois par l'agglomération du sud-Manche, après la liquidation judiciaire de l'ancien délégataire. Ce mardi, les élus communautaires ont voté la fin de cette régie, faute de ressources suffisantes pour équilibrer le budget et face à la chute des tonnages apportés ces derniers mois. 

"On ne peut plus payer nos fournisseurs et nos salariés", a expliqué le premier vice-président David Juquin. Cela signifie la fermeture du site au 31 décembre et le licenciement des 29 salariés.

Maintenir une activité d'abattage

Le site pourrait donc être vendu d'autant qu'un entrepreneur privé travaille sur un projet de reprise, que les réunions se sont multipliées ces derniers jours avec les services de l'Etat, de la Région et des élus locaux et que la Shema, l'organisme régional qui aide à l'aménagement de projets de collectivités et d'entreprises, serait d'accord pour accompagner la réindustrialisation de ce site, a relaté David Nicolas le président de l'agglomération :

Nous n'avons dit notre dernier mot. Nous travaillons pour une reprise de cet abattoir afin de maintenir un abattage de proximité. Avec la région, l'Etat, la Shema et l'industriel qui a manifesté sa volonté de rester sur le site de Saint-Hilaire, si tout se déroule comme on l'entend, on pourrait avoir une reprise de l'activité d'abattage dès le mois de janvier.

"Manuel Pringault - l'ancien délégataire de l'abattoir, patron de la société de découpe de viande Teba - sera-t-il le futur acquéreur ?" ont interrogé certains conseillers communautaires, lors du conseil ce 15 décembre. Une question restée sans réponse, lors du débat, le projet n'étant pas encore bouclé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess