Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'accord entre Lidl et Lactalis sur le prix du lait, loin de satisfaire tous les producteurs mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne

Chez Lidl, vous avez peut-être remarqué que le litre de lait a pris quelques centimes. L'enseigne de grande distribution s'est accordée avec Lactalis pour une revalorisation du prix du litre à 35 centimes depuis le 1er mai. Une augmentation qui revient aux producteurs, pas pleinement satisfaits.

Le groupe Lactalis et l'enseigne de grande distribution Lidl ont annoncé cet accord ce mardi 18 juin.
Le groupe Lactalis et l'enseigne de grande distribution Lidl ont annoncé cet accord ce mardi 18 juin. © Maxppp - Maxppp

Département Mayenne, France

L'enseigne de grande distribution Lidl et le groupe Lactalis annoncent un accord pour revaloriser le prix du lait ce mardi 18 juin. Les producteurs Lactalis, notamment ceux de la Mayenne, étaient jusqu'à présent rémunérés 33 centimes d'euros le litre et depuis le 1er mai, le lait vendu à Lidl leur est payé 35 centimes. C'est le prix de base.  

Cette augmentation est reversée aux producteurs. En Mayenne, ces producteurs saluent le geste mais cela reste une goutte de lait dans la mer. Cette revalorisation concerne 160 millions de litres de lait sur les 5 milliards collectés par Lactalis en France. "Ce ne sont pas ses 5% du volume total qui vont beaucoup améliorer le prix payé à l'ensemble des producteurs", estime Dominique Morin, producteur Lactalis dans le sud-ouest de la Mayenne. 

Avant tout, payer les factures

Pourtant, les difficultés sont quotidiennes. Le premier objectif du producteur, c'est d'arriver à payer les factures. "Je me dégage un petit SMIC, avec mon épouse sur l'exploitation, on est à moins de deux SMIC au total", souligne Dominique Morin.

Le travail n'est pas rémunéré à sa juste valeur", Dominique Morin, producteur de lait

Il travaille entre 40 et 50 heures la semaine et près de 10 heures encore le week-end. Pour lui, comme pour Florent Renaudier, producteur près de Cossé le Vivien, il faut une revalorisation, autour des 400 €.  Malgré tout, ce chiffre n'est pas gravé dans le marbre. 

"On pourrait comparer cela à l'essence. Quand le gazole est à 1.60€ et quand il est à 1.30€, il ne reste la même chose pour vivre à la fin du mois donc on peut considérer qu'avec le lait, c'est pareil, on a les charges qui fluctuent dans le temps et il faut les suivre", explique Florent Renaudier.

Lidl mise sur la transparence 

Du côté de Lidl, cet accord est un moyen de dédiaboliser les enseignes de la grande distribution, en montrant qu'elle, au moins, fait un effort. C'était la volonté de Michel Biero, directeur exécutif de Lidl. "J'en ai un tout petit peu assez que ce soit toujours Lidl le méchant et que les industriels restent les pauvres industriels", admet Michel Biero.