Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'agriculture biologique poursuit sa croissance en Bretagne

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Aujourd'hui, un agriculteur sur dix est "bio" dans notre région. On a passé la barre des 3.000 exploitations certifiées biologiques. Et pour la première fois, le président de la chambre d'agriculture du Finistère est lui-même dans cette démarche.

De plus en plus de produits biologiques viennent de fermes bretonnes
De plus en plus de produits biologiques viennent de fermes bretonnes © Maxppp - Sami Belloumi,

Région Bretagne, France

Dans notre région aujourd'hui, une exploitation sur 10 pratique l'agriculture biologique. Jean-Hervé Caugant est le premier président de la chambre d'agriculture du Finistère labellisé "bio". Un processus qu'il a commencé en 1998 dans sa ferme de Dinéault où il produit des céréales, du lait et des légumes : "A l'époque, on n'était même pas à 1 000 fermes bios, alors aujourd'hui on peut dire à quand les 4 000 car on a une multitude de projets qui se font". 

Un paysan sur deux en retraite d'ici 10 ans 

Cela va du maraîchage, à l’apiculture ou à la production de lait, qui représente le plus gros contingent bio de Bretagne : "Le volume de lait bio va atteindre le _milliard de litres_, on n'était même pas à 250 millions il y a 20 ans" explique Jean-Hervé Caugant.

La population d'agriculture est en pleine mutation : _"_1/3 des nouveaux arrivants n'est pas issu de l'agriculture et c'est une nécessite car un paysan sur deux va atteindre l'âge de la retraite d'ici 10 ans donc on a besoin de ce renouvellement".