Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

L'ail rose d'Auvergne en quête de son Appellation d'Origine Contrôlée

dimanche 12 août 2018 à 18:42 Par Noémie Philippot, France Bleu Pays d'Auvergne

Billom a fêté l'ail rose d'Auvergne tout le week-end, avec la 34ème édition de sa foire. Un rendez-vous immanquable pour promouvoir cette production régionale, qui cherche a être davantage reconnue : un dossier est en préparation pour obtenir une Appellation d'Origine Contrôlée.

L'ail rose d'Auvergne est cultivée sur une cinquantaine d'hectares. Si les producteurs obtiennent cette AOC, aucun autre ail ne pourra être commercialisé sous ce nom.
L'ail rose d'Auvergne est cultivée sur une cinquantaine d'hectares. Si les producteurs obtiennent cette AOC, aucun autre ail ne pourra être commercialisé sous ce nom. © Radio France - Noémie Philippot

Billom, France

Pendant deux jours ce week-end, Billom respirait l'ail encore plus que d'habitude. 10 000 personnes sont venus refaire leur stock d'ail, d'oignon et d'échalotes sur la 34ème édition de la Foire à l'ail. Une fête, mais aussi un moment de promotion du produit régional, que les producteurs aimeraient voir labellisé par une Appellation d'Origine Contrôlée (A.O.C.).

Une cinquantaine d'hectares pour cultiver l'ail rose d'Auvergne

Notre ail auvergnat n'est produit que sur une cinquantaine d'hectares. Pour Jean Jalla, le grand maître de la Confrérie des grands goussiers d'Auvergne, il faut vraiment obtenir cette A.O.C : "C'est quelque chose de très important pour les producteurs. C'est fait pour protéger des autres : concrètement, on ne pourra pas vendre de l'ail d'Auvergne en-dessous de son prix, et puis on ne pourra pas vendre de l'ail d'importation sous le nom d'ail de Billom. On est sur une aire géographique particulier, on a un climat, un sol, un savoir-faire particulier, c'est tout ça qu'il faut défendre." 

L'A.O.C., c'est essentiellement pour la partie commerciale et agricole, mais pour la partie culturelle, l'ail rose d'Auvergne fait face à un autre défi : il est en lisse pour entrer sur la liste complémentaire du patrimoine immatériel de l'Humanité de l'Unesco, au titre d'élément de la gastronomie française. Le suspens devrait durer jusqu'à l'automne.